Marseille dans le cercle “polar”, partie 1

Le polar marseillais, un style d'écriture à part entière !

Publié le 20 mars 2017 Mis à jour le 31 janvier 2019

Dans les années 90, la vie culturelle marseillaise bouillonne : on s’encanaille à la Fiesta des Suds, le laboratoire artistique de la Friche est lancé à la Belle de Mai et la ville compte deux haut-parleurs musicaux avec Massilia Sound System et IAM. En 1993 ces derniers ont imposé dans le paysage national une figure locale grâce à l’irrésistible tube Je Danse Le Mia. La ville qu’on dit “lépreuse” ose se regarder en face et affronter le monde avec ses propres arguments. En quelques mois paraissent d’ailleurs quatre romans qui vont définir les canons d’une nouvelle vague littéraire, le « polar marseillais ». Mais Marseille ne portait-elle pas en germes ce potentiel créatif depuis près d’un siècle ?

"Par une fin de chaude journée d'été, en descendant le Cours Julien..." Imaginez la suite de ce roman noir !

Promenade en mer pour aller visiter le Chateau d'If, rendu célèbre par Alexandre Dumas dans le "Comte de Monte Cristo"

Contrer la mauvaise réputation

Plongée en pleine crise depuis la fin des colonies « M la maudite » voit la French Connection achever de ternir son image dans les années 90 : cet énorme réseau de trafic de drogues vers les Etats-Unis (ainsi que de nombreuses affaires criminelles afférentes) génère des figures mythologiques de gangsters tels les frères Guérini, Tany Zampa, Francis Le Belge ou Jacky Le Mat qui font oublier le standing d’Alain Delon et Jean-Paul Belmondo dans le film Borsalino (Jacques Deray, 1970). Un tableau apocalyptique qu’une nouvelle génération d’auteurs et d’artistes veut battre en brèche. Alors qu’on parle d’une grande transformation de l’agglomération avec Euroméditerranée (opération de rénovation urbaine lancée en 1995) et que la montée du Front National trouble le jeu politique, les auteurs se saisissent de l’identité de la ville pour y ancrer leurs histoires et leurs personnages, en rupture avec la caricature qui la représente à cette période, tel le “grand flic” N’guyên Van Loc dit « Le Chinois » dont la série réalise des records d’audience sur TF1 à partir de 1992. En février 1994, Les Chapacans de Michèle Courbou (publié dans la Série noire de Gallimard) ouvre le ban, suivi par Trois jours d’engatse de Philippe Carrese (fin 1994 chez Meditorial). Total Khéops de Jean-Claude Izzo paraît en janvier 1995 (dans la Série noire), La faute à degun de François Thomazeau clôturant ce quatuor (en juillet 1996, également chez Méditorial).

Marseille et ses îles, une source d'inspiration pour les écrivains marseillais.

Chefs de file et stylistes d’un nouveau genre

L’incroyable potentiel esthétique d’une telle mouvance saute aux yeux des premiers lecteurs : évoquant avec une grande liberté la violence des rapports sociaux, ces récits portent un amour immodéré (quoique contrarié) à leur ville, lui arrachant des mots et des images inédites. Ils concilient les humeurs du néo-polar français, du Comte de Monte-Cristo d’Alexandre Dumas (1844, déjà un vrai roman noir), des Mystères de Marseille de l’“Aixois” Emile Zola (1867, qui puisaient dans les archives judiciaires avec un soin documentaire délirant) ou dévoile un monde imprégné d’Orient et d’Afrique par le jeu des migrations comme Pierre Mac Orlan (Quartier Réservé, 1932). Cette littérature sans compromis est en tension constante entre la critique sociale et la désillusion politique : l’éthique ambivalente du néo-polar phocéen est celle du désenchantement permanent. Avec son sens du cocasse, Philippe Carrèse décrit dans sa faconde rabelaisienne les tribulations de personnages fantasques se réinventant en redresseurs de torts contre les politiques corrompus « les z’élus ». François Thomazeau situe son action dans les bars et les boîtes rock hautes en couleurs de la ville, microcosme au travers duquel il décrypte la ville. Longtemps privés de représentants crédibles, les jeunes des cités sont au centre du récit chez Michèle Courbou et le cosmopolitisme est érigé en mode de vie chez Jean-Claude Izzo. Ce dernier, qui a emprunté le titre Total Kheops à IAM, pour sa trilogie complétée par Chourmo et Solea, est rapidement désigné chef de file, à son corps défendant. La puissance de feu de son éditeur Gallimard mais aussi son style élégant et ses récits empreints d’une poésie fraternelle digne de Louis Brauquier l’imposent comme ambassadeur de cette nouvelle vision de Marseille.

Jean-Claude Izzo reportage de France 3/archives INA

Jean-Claude Izzo reportage de France 3/archives INA

La poétisation de la ville se démarque à la fois de la diabolisation coutumière et de l’aseptisation de la littérature “blanche” : divertissant, le polar marseillais a aussi ouvert les vannes d’une frustration de plusieurs décennies pour les partisans d’une cité solaire possédant sa part d’ombre. Ainsi, on la sillonne en naviguant entre des lieux bien identifiables : Vieux Port, Panier, Notre-Dame de la Garde, Quartiers Nord, Calanques… « Chacun de nos auteurs dialectise ces espaces selon son génie propre » relève Alain Guillemin dans son analyse détaillée du phénomène (1). Au sujet de Trois Jours d’Engatse, Philippe Carrèse remarque avec humour que «les lecteurs Français découvrent un Marseille inattendu, loin des clichés habituels, un nouveau territoire mystérieux et exotique qu’on peut explorer sans renouveler son passeport ni changer ses francs en monnaie locale. » (2)
Hervé Lucien-janvier 2017
(1) Alain Guillemin « Le polar " marseillais ", reconstitution d'une identité locale et constitution d'un sous-genre », A contrario, 1/2003 (Vol. 1), p. 45-60.
(2) L’Ours Polar, novembre 2000
Tous les entretiens non référencés ont été effectués par l’auteur de l’article.

"Les lecteurs Français découvrent un Marseille inattendu, loin des clichés habituels, un nouveau territoire mystérieux et exotique qu’on peut explorer sans renouveler son passeport ni changer ses francs en monnaie locale. » Philippe Carrèse, au sujet de Trois Jours d’Engatse

Hervé Lucien

Journaliste-rédacteur & auteur
Dès 1994, je participe à l’aventure pionnière d’un gratuit culturel : Taktik, une première en France qui marquera mon approche journalistique : entretenir les correspondances entre les pratiques artistiques les plus exigeantes et les cultures populaires, avec une préférence régionale : je suis né à Marseille et je défends ma ville, avec lucidité mais obstination.
Actuellement, j'écris pour le magazine des musiques électroniques Trax, l’hebdomadaire culture et société Les Inrockuptibles et pour le city news papier/web Mars En Ville. J’ai plusieurs projets de livres autour de Marseille et son histoire, notamment.

Autres articles

Un Dimanche de la Canebière en famille

Un Dimanche de la Canebière en famille

le dimanche 28 avril 2019

Une Canebière sans voitures, dédiée à la culture, la fête et la convivialité, ça vous dit?

Les Envies Rhônements nomades

Les Envies Rhônements nomades

du 4 au 8 mai et du 9 au 15 juin 2019

Une nouvelle saison d’envies ... Pour la saison 2019-2020, les Envies Rhônements se déploie à travers trois événements.
Trois visions artistiques, entre installations et spectacle vivant, qui interrogent notre relation à l’environnement.

Le festival Les Musiques à l'écoute de la société

Le festival Les Musiques à l'écoute de la société

du 9 au 18 mai 2019

Au cœur des musiques de création, qu’elles soient écrites, improvisées ou expérimentales, le festival Les Musiques mêle les genres, croise les esthétiques et les disciplines.

Les apparitions furtives d'Éloigne moi de toi

Les apparitions furtives d'Éloigne moi de toi

du 27 avril au 29 décembre 2019

Annabel Aoun Blanco démontre que disparition et apparition existent en simultané, en perpétuelle instantanéité dans un espace fixe, celui de la photographie. Le va et vient entre mémoire et oubli s’exprime à travers l’apparition furtive d’un visage anonyme et universel.

Jean Dubuffet, un barbare en Europe

Jean Dubuffet, un barbare en Europe

du 24 avril au 2 septembre 2019

Peintre, écrivain, inventeur de « l’Art Brut », Jean Dubuffet (1901-1985) fut un acteur majeur de la scène artistique du XXe siècle.

Grand Ensemble, L'immeuble Musical

Grand Ensemble, L'immeuble Musical

Les 5 et 12 mai 2019

Imaginez votre voisin de balcon invitant tous ses amis musiciens à venir jouer sur les terrasses de votre immeuble, le tout formant un orchestre symphonique. C'est le pari fou que va relever l'orchestre régional Avignon Provence le 5 mai à Martigues et le 12 à Marseille.

L'Agenda du week-end

L'Agenda du week-end

du jeudi 18 au dimanche 21 avril 2019

Besoin d'idées? Retrouvez chaque mercredi, notre sélection de sorties pour le week-end, nos bons plans et nos coups de coeur.

La Fête des plantes

La Fête des plantes

Samedi 20 et dimanche 21 avril 2019

La Fête des plantes est de retour au Mucem, comme chaque printemps, pour une nouvelle édition consacrée au thème de la biodiversité en ville.

Aznavour by Aznavour !

Aznavour by Aznavour !

du 26 mars au 10 octobre 2019

Aznavour l'expo présente une sélection d'objets et d'ac­cessoires ayant appartenu à l'artiste et provenant de sa maison de Mouriès : mobilier, trophées, veste de scène, stylo, documents personnels, vidéos, souvenirs, affiches, disques, etc. Voici donc un Charles Aznavour intime et inédit !

Les Reliquaires de A à Z, un abécédaire des collections du Mucem

Les Reliquaires de A à Z, un abécédaire des collections du Mucem

du 10 avril au 2 septembre 2019

Les grands thèmes relatifs aux pratiques et à la croyance chrétienne se déclinent en 26 lettres à travers l'exposition « Les Reliquaires de A à Z » : un abécédaire mystique composé à partir des collections du Mucem !

Des balades urbaines et culturelles pour sortir des sentiers battus

Des balades urbaines et culturelles pour sortir des sentiers battus

Envie de découvrir le Département autrement ? My Provence Culture vous propose une sélection de balades urbaines à faire en famille ou entre amis. Entre les nombreuses randonnées proposées sur le territoire et les visites originales à travers les quartiers de nos villes, il y en a pour tous les goûts.

Persona, oeuvres d’artistes roumains

Persona, oeuvres d’artistes roumains

du 5 avril au 23 juin 2019

Mêlant art contemporain, folklore et arts populaires, l'exposition du Mucem, au Fort Saint-Jean, confronte des objets traditionnels roumains issus des collections du Mucem avec les créations de huit artistes roumains de générations différentes.