Les Âmes Offensées ou dire la continuité des mondes

du 25 janvier au 3 février 2018

Publié le 8 janvier 2018 Mis à jour le 29 juin 2018

Globetrotter sensible et curieux, Philippe Geslin rapporte, de ses terrains lointains, des carnets de notes, des photos, témoins éloquents de ses observations et rencontres. Ici, le récit de l’ethnologue chez les Inuits, les Soussou et les Massaï, entre en résonance avec l’univers visuel et sonore de Macha Makeïeff.
Entre poésie et théâtre, c’est une façon singulière et sensible d’appréhender l’art de « déplier les territoires des êtres et des choses ».
Après le Musée du Quai Branly en 2017, présentation du cycle intégral pour la première fois à Marseille !

#1 Les derniers chasseurs Inuits

25 janvier, 1er et 2 février

Peau d’ours sur ciel d’avril
Tarif 6 à 13€ – Petit Théâtre – Jeu, Ven 20h – Durée 1h
BORD DE SCÈNE Jeudi 1er février à l’issue de la représentation.

« Ceux du grand pouce » : ainsi se nomment les derniers chasseurs Inuit du Groenland qui vivent encore au rythme des saisons, de la mer, des tempêtes et du froid extrême. Ils guettent la présence des phoques ou celle, plus rare, des bancs de bélougas à la peau claire. Sur la banquise, les chiens, presque des loups, attendent l’hypothétique départ pour la chasse. Tout semble en suspens pour ces peuples du Nord.

Là-bas, la nuit polaire est accueillie avec joie comme l’hélicoptère qui achemine les colis commandés sur internet ; l’ancestrale chasse aux phoques se poursuit, tandis que les multinationales gazières convoitent terre et mer. Ni naïf, ni alarmiste, le récit de Philippe Geslin ouvre une brèche dans les clichés, tend des ponts entre présent et passé.

Entre ses mots s’invitent les légendes comme les écrits de ceux qui l’ont précédé. On mesure ainsi ce qui a disparu - des pans entiers de banquise, de savoirs - mais aussi ce qui a survécu - le lien à la nature, aux ancêtres. Car, de leurs propres dires, les Inuit ont toujours su s’adapter à leur environnement. Et ce, depuis la nuit des temps.

#2 Les Soussous de Guinée

25, 31 janvier et 3 février

Le crayon de Dieu n’a pas de gomme
Tarif 6 à 13€ – Petit Théâtre – Mer 19h, Sam 18h – Durée 1h
BORD DE SCÈNE Mercredi 31 janvier à l’issue de la représentation.

L'ethnologue Philippe Geslin a passé des mois dans les mangroves de Guinée pour étudier l’impact de la production de sel sur la déforestation. Entre un tas d’or blanc et la portière d’une vieille 403, il évoque son séjour à la croisée des cultures.
Aux paroles de l’ethnologue se joignent peu à peu les mots que N’Fassory, son hôte, a consignés sur deux cahiers d’écolier pour témoigner lui aussi de l’identité de son peuple. Le quotidien des Soussou se révèle, mettant en lumière un peuple aux savoirs d’une grande technicité, basés sur « l’amitié respectueuse » entre l’homme et la terre. Loin des pratiques destructrices dont on les accuse...

« J’ai débarqué en Guinée, chez les Soussou, dans les forêts de Mangrove pour comprendre leurs manières de penser et d’agir dans cet environnement exceptionnel, pour valoriser ces connaissances qui disparaissent progressivement. Travail de recherche, travail de fourmis. Je suis un observateur attentif et inquiet.
Attentif, parce que j’étudiais dans les moindres détails les pratiques et les connaissances de ces gens.
Inquiet, parce que je sais que ces connaissances disparaissent, là sous nos yeux.
Je sais leurs richesses et les enseignements que nous pourrions en tirer pour mieux comprendre notre propre rapport à la nature, pour identifier des pistes d’actions concrètes dans l’imbroglio de nos croyances en matière d’environnement. Il faut du temps pour comprendre. Le temps qui est l’ami de l’ethnologue mais aussi son pire ennemi dans un monde où les décisions se prennent vite, très vite, trop vite, où les expertises sont bâclées, éloignées des réalités du terrain, éloignées des besoins des communautés. Les choses changent mais le chemin est encore long à parcourir. Il faut y croire, ne pas baisser la garde. »
Philippe Geslin

Massai-©P.Geslin

Massai-©P.Geslin

#3 Les Guerriers Massaï

26, 30 janvier 3 février

Avant le départ des gazelles…
Tarif 6 à 13€ – Petit Théâtre – Mar 20h, Sam 21h – Durée 1h
BORD DE SCÈNE Mardi 30 janvier à l’issue de la représentation.

« Ici, en Tanzanie, entre le Rift et le Kilimandjaro, au cœur de la savane vivent les Massai. Peuple mille fois décrit, qualifié. Peuple de guerriers. Peuple d’éleveurs. Peuple nomade. Hommes libres. Ils parcourent la brousse au rythme de leurs troupeaux, à celui des points d’eau, au fil de la traque des derniers grands gibiers. Zèbres, buffles, lions et éléphants. On touche du doigt un mythe. L’impression de « rencontrer l’Afrique ». Le sentiment de renouer le fil avec les origines. Celles d’une humanité rêvée. Rideau.
Le rêve a fait long feu, depuis longtemps déjà. Leurs longues silhouettes rouges font les délices des médias. Les « Safari » ne seraient pas complets sans une visite éclair dans un de leurs villages. Mise en scène. Le mythe au bout de l’objectif. Les animaux « sauvages » sont protégés, des terres confisquées et ces peuples sédentarisés. L’ ocre de la terre et des rocs, le vert des herbes hautes et des buissons tordus attendent en orphelins l’éclat familier du métal des lances, la sueur et le pourpre des corps. Vivre dans le souvenir est un curieux destin. »
Philippe Geslin

Massai-©P.Geslin

Dire la continuité des mondes

Rechercher dans les moindres détails les attitudes intactes du passé. Celles décrites par nos aînés. Celles de nos rêves de gosses. En ethnologue, je sais que cette collecte est vaine ou presque. Et pourtant chacun de mes périples est un recommencement, un quasi entêtement. Prendre le temps, en vagabond sensible, curieux et exigeant.

Déplier les territoires des êtres et des choses, en révéler les coulisses, en restituer le sensible et l’anodin. Dans ces contrées lointaines, c’est dans l’imperceptible et le ténu qu’on saisit l’univers. Mon appareil photographique en carnet d’aquarelle plus qu’en carnet de note. Elle permet la caresse et le chevauchement, à la touche de lumière, avec cette palette étrange réduite au noir et blanc pour dire l’inquiétude.
J’aime l’effort d’exploration, le temps de pause qu’elle demande à ceux qui la regardent.
La photographie, écrit Pierre Mac Orlan, remet l’homme à sa place dans le décor. Cette place n’est pas celle d’un dieu créateur, mais d’un dieu mélancolique victime de ses créations.

Massai-©P.Geslin

Je suis né entre Mon oncle et Playtime de Jacques Tati. Mon métier, l’ethnologie, me permet de bourlinguer en observateur attentif, en acteur inquiet, toujours soucieux de rendre compte avec minutie des liens qui se tissent entre les Hommes et les choses dans des univers contrastés. Des portions de vie partagées, au bout du Monde, en Afrique, en Asie, en Amérique, au Groenland. Des rencontres surtout, au fil de terrains incroyables. Je change parfois d’horizon. Je pose régulièrement mon bagage dans les coulisses de la création, dans les « arrière-boutiques » d’artistes reconnu(e)s.

J’y retrouve plus encore cette combinaison subtile qui fait de l’ethnologue un glaneur d’émotions, celles d’autrui façonnées par les siennes propres. Ces terrains éphémères sont des « performances » dans le sens artistique du mot. Des paris sur la fin attendue. L’intention y est sans cesse en sursis. Nous nous penchons trop peu sur ces mondes en mouvement, aux pas de temps très courts. La photographie m’accompagne toujours dans ces vies entre deux cultures. Elle est pour moi un véritable mode d’expression littéraire.»

Philippe Geslin

Massai-©P.Geslin

Globetrotter sensible et curieux, Philippe Geslin est ethnologue

De ses terrains lointains, il rapporte des carnets de notes, des photos, témoins éloquents de ses observations et rencontres. Avec la complicité de Macha Makeïeff, le récit de ses voyages gagne aujourd’hui la scène, à la faveur de deux conférences imagées où les mots de Philippe Geslin entrent en résonance avec tout un univers visuel et sonore.
À mi-chemin entre le récit et le théâtre, une façon différente d’appréhender l’art de « déplier les territoires des êtres et des choses ».

Macha : Pourquoi tu pars, Philippe ?

Philippe : Pour chambouler mon regard et me connaître, aussi. M. : Pourquoi tu repars?

P. : Je repars pour ne pas limiter mon horizon à ma seule culture, rencontrer, prendre des risques, physiques, intellectuels. À propos de risque, Macha, tu es sûre que je dois faire ça sur scène?

M. : Oui, il y a quelque chose de lyrique dans le discours scientifique et il faut le faire entendre sur scène, avec ta vraie voix, celle qu’on entend, là-bas. Et puis tu as accepté de prendre le risque, non?

P. : Le risque dans les coulisses et sur scène, j’y joue ma peau ! Ou ce qu’il en reste!

M. : Les Âmes Offensées, j’aime bien ce titre que tu as trouvé!

P. : Oui, les communautés du bout du monde ont une capacité incroyable de survie, on devrait s’en inspirer au lieu de vouloir refaire le monde à leur place.

M. : On les offense, ces âmes, alors.

P. : Nos décisions les offensent, elles offensent celles de leurs ancêtres.

M. : Au bout du compte, artistes et ethnologues, nous sommes tous des mélancoliques, non?

P. : Mélancolique parce que j’ai conscience, après d’autres, que ces peuples, ont beaucoup à nous dire, de si loin, de si près, en s’effaçant peu à peu de la planète..

Pour aller plus loin

Agenda

Conférences - Congrès

Conférences - Congrès

Conférences en histoire de l'art, congrès scientifiques, professionnels ou politique : toutes les dates et adresses à retenir et adresses.

Voir le guide Conférences - Congrès
Théâtre

Théâtre

Comédie, pièce classique ou théâtre contemporain : les scènes de Provence accueillent 1001 spectacles à applaudir en famille.

Voir le guide Théâtre
Marseille

Marseille

Un film au Prado, une expo à La Friche Belle de Mai ou un concert au Dôme, sans oublier les festivals d'été et marchés d'hiver : tout l'agenda culturel.

Voir le guide Marseille
Tout l'agenda culturel

Autres articles

La Criée prônera l'amour en 2018

La Criée prônera l'amour en 2018

Saison 2017 - 2018

En écho à MP 2018, la Criée tourne sa programmation 2017 / 2018 autour de l'amour. Avec 192 spectacles proposés, le théâtre situé au Vieux Port accueillera une fois de plus toutes les formes d'art et de public.

La Criée de Macha Makeïeff

La Criée de Macha Makeïeff

Depuis 2011, Macha Makeïeff dirige le Théâtre national La Criée . « Ce théâtre vous appartient qui que vous soyez vivant dans cette ville».

Levez l'ancre, hissez les voiles pour la Mosaïque aux îles

Levez l'ancre, hissez les voiles pour la Mosaïque aux îles

du 15 septembre au 18 novembre 2018

Les deux nouvelles expositions du Musée départemental Arles antique nous font voyager en Méditerranée.
Découvert en 1992 sur le site d'Haïdra en Tunisie centrale, la Mosaïque aux îles, pavement de 27 m2, représente des îles et villes de Méditerranée. Et Levez l'ancre, hissez les voiles nous présente l'accastillage et l’équipement des navires du delta du Rhône à l'époque romaine.

Rendez-vous à Sirènes et midi net

Rendez-vous à Sirènes et midi net

Mercredi 3 octobre 2018

Lieux publics vous invite tous les premiers mercredis du mois à midi devant l'Opéra de Marseille.

Satire à vue à l'Estaque !

Satire à vue à l'Estaque !

du 17 au 23 septembre 2018

Le Festival International de la caricature, du Dessin de Presse et de la satire de l'Estaque accueillera pour la 7e année 45 dessinateurs, expositions, projections et bien sûr de nombreux échanges et débats.

Utopie & Métamorphoses de Georges Rousse

Utopie & Métamorphoses de Georges Rousse

Du 7 septembre 2018 au 10 mars 2019

L’exposition Anniversaire des 5 ans du Musée Regards de Provence propose de faire revivre en images immersives le chantier de la métamorphose du musée inauguré en 2013.

Actoral définit l'écriture sous toutes ses formes

Actoral définit l'écriture sous toutes ses formes

Du 25 septembre au 13 octobre 2018

Actoral interroge les écritures contemporaines dans tous les domaines artistiques et propose de découvrir chaque automne à Marseille, à travers le travail d’une cinquantaine d’artistes, la richesse et la diversité des écritures d’aujourd’hui.

Vivre le cirque Jours et Nuits

Vivre le cirque Jours et Nuits

Du 14 au 23 septembre 2018

Dans une programmation mêlant cirque contemporain et traditionnel, le festival Jours (et nuits) de cirque(s) convie chaque année des compagnies locales et internationales pour présenter des spectacles de haute volée.

Des lieux insolites à visiter pour les journées du patrimoine

Des lieux insolites à visiter pour les journées du patrimoine

Les 15 & 16 septembre 2018

Les 35e Journées européennes du Patrimoine auront lieu les 15 & 16 septembre autour du thème «L'art du partage». Une belle occasion d’explorer le patrimoine de Provence, musées, gratuités, animations, spectacles… Découvrez notre sélection de visites historiques ou insolites dans des lieux exceptionnellement ouverts au public pour l'occasion

Une Saison aux Salins

Une Saison aux Salins

Saison 2018 / 2019

Reflet de la multiplicité des propositions qui existent dans le spectacle vivant, voici la programmation des Salins pour cette nouvelle saison 2018/2019. Tout y est : danse, cirque, musique, théâtre et bien entendu spectacles à voir en famille.

C'est gratuit ! Les Tops du mois

C'est gratuit ! Les Tops du mois

SEPTEMBRE 2018

Découvrez chaque mois notre sélection de spectacles, festivals gratuits à ne pas rater. Nos coups de coeur, nos incontournables et des idées de soirées originales.

Top de la culture provençale

Top de la culture provençale

SEPTEMBRE 2018

Découvrez chaque mois notre sélection des rendez-vous culturels incontournables de la culture provençale en Provence, fêtes traditionnelles, festivals folkloriques, avec l'accent !