Le quotidien de Ai Weiwei avec Fan Tan

du 20 juin au 12 novembre 2018

Publié le 23 juillet 2018 Mis à jour le 23 juillet 2018

Le Mucem invite du 20 juin au 12 novembre 2018 l’artiste chinois Ai Weiwei, l’un des acteurs majeurs de la scène artistique internationale. Photographe, architecte, sculpteur, performeur, cinéaste, activiste sur les réseaux sociaux, son œuvre associe la pensée chinoise à l’art contemporain, s’inspirant notamment de Marcel Duchamp et d’Andy Warhol. Si ses créations interrogent nos sociétés avec autant de force, c’est parce qu’elles mettent en scène des objets du quotidien qui, par le geste de l’artiste, deviennent œuvres d’art.

Photos_Mucem_Scenographie_AI_WEIWEI_Cecile_Degos_Juin_2018(c)Francois_Deladerriere

Maison colorée 2015 © N.Ammirati

Ai Weiwei est le fils du grand poète chinois Ai Qing (1910-1996), qui découvrit l’Occident en 1929 après avoir débarqué à Marseille, sur les quais de la Joliette, à proximité du Mucem. L’artiste nous propose ainsi un voyage à travers le temps et son œuvre, qu’il relie à son lignage paternel. Faisant apparaître des résonances inédites, cette exposition nous permet d’aborder le travail d’Ai Weiwei sous un jour nouveau.

Ai Weiwei est un pont entre la culture occidentale et la culture chinoise, même s‘il s’est opposé de manière frontale au gouvernement chinois.

Cinquante œuvres dont 2 productions inédites (photos, sculptures, installations), mises en parallèle avec 50 objets des collections du Mucem, nous invitent à questionner des concepts opposés comme « Orient » et « Occident », « original » et « reproduction », « art » et « artisanat », « destruction » et « conservation ». Mais, avant tout, elles remettent en cause la pertinence de nos systèmes d’interprétation.

Pour les Chinois, « Fan-Tan » est le nom d’un jeu de paris local comparable à la roulette. Le choix de ce titre symbolise les relations chaotiques qu’ont entretenu la France et la Chine à la n du XIXe et au début du XXe siècle.

Photos_Mucem_Scenographie_AI_WEIWEI_Cecile_Degos_Juin_2018(c)Francois_Deladerriere

Savon de Marseille géant avec la déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789 - 2018 © N.Ammirati

Photos_Mucem_Scenographie_AI_WEIWEI_Cecile_Degos_Juin_2018(c)Francois_Deladerriere

Entretien avec Judith Benhamou-Huet, commissaire de l’exposition

Pourquoi Ai Weiwei est-il considéré comme l’un des plus grands artistes de la scène contemporaine ?

C’est un artiste complet, dans le même esprit qu’Andy Warhol : il crée à la fois des formes – c’est un héritier des artistes surréalistes et de Marcel Duchamp – mais investit aussi de nouveaux domaines, comme les médias sociaux, où il est très efficace. Il appartient pleinement à notre époque et sait communiquer avec les moyens du XXIe siècle : il a ainsi su s’emparer des réseaux sociaux, comme Andy Warhol a pu le faire en son temps, notamment avec la télévision. En n, il est un pont entre la culture occidentale et la culture chinoise, même s’il s’est opposé de manière évidente au gouvernement chinois. Son courage a d’ailleurs eu un e et d’exemplarité.

En quoi son œuvre se rapproche-t-elle des thématiques explorées par le Mucem ?

Le Mucem est un musée de société, et ses collections témoignent de la vie quotidienne : elles nous racontent la manière dont on se nourrit, dont on se divertit, dont on se vêtit, ce en quoi l’on croit... Ai Weiwei, selon les principes de Duchamp, reprend cette même approche en s’intéressant à des objets du quotidien qu’il trans- forme en œuvres d’art. L’artiste et le musée partagent donc une matière première commune : l’observation du quotidien.

Masque mortuaire du père Ai Qing en 1996 © N.Ammirati

La nationalité, les frontières sont des limites données à notre intelligence, à notre imaginaire et à tous les possibles.
Aï Weiwei

© N.Ammirati

À travers cette exposition à Marseille, il revient aussi sur les pas de son père...

Ai Qing, le père d’Ai Weiwei est l’un des grands poètes de la modernité chinoise. Pour parvenir à créer cette modernité, il s’est frotté aux idées de l’avant-garde en France à partir de 1929. Avant d’aller à Paris, son premier contact avec l’Occident fut le port de Marseille, où il a débarqué. Il a d’ailleurs écrit un poème magni que décrivant le chaos marseillais de cette époque. La cité phocéenne était alors considérée comme un lieu de modernité, notamment pour son fameux pont transbordeur, véritable monument moderniste à l’architecture métallique, qui intéressa de nombreux photographes de l’époque, comme Germaine Krull ou László Moholy-Nagy. Marseille était alors la « porte de l’Orient ». Ai Qing est donc arrivé par les quais de la Joliette. On se devait de rendre hommage à ce poète qui a, pendant la révolution culturelle chinoise, été exilé de force vingt ans dans le nord du pays avec pour tâche principale le nettoyage quotidien des toilettes com- munes d’un village... Ai Weiwei est né à cette époque, et j’imagine que c’est là que réside le point de départ de sa révolte et de son refus de l’injustice.

© N.Ammirati

© N.Ammirati

© N.Ammirati

Comment s’est déroulée la préparation de cette exposition ?

Ai Weiwei est venu l’été dernier à Marseille pour découvrir les collections du Mucem et trouver des résonances avec son œuvre. Nous sommes, entre autres, allés sur les traces de son père. Nous avons visité le port marchand où celui-ci avait débarqué, puis la chambre de commerce et d’industrie, où nous avons retrouvé le carnet de bord du bateau sur lequel il avait voyagé. Cela a particulièrement ému Ai Weiwei.

L’exposition met en parallèle des œuvres d’Ai Weiwei avec des objets des collec- tions du Mucem. Quelles correspondances avez-vous pu mettre en évidence ?

Elles sont de différents ordres. Ai Weiwei s’intéresse beaucoup à la culture chinoise et à la perception des Chinois par l’Occident. Dans les collections du Mucem, nous avons pu trouver un grand nombre de ce que l’on appelle des « cartes-réclames », du début du XXe siècle. À l’époque, un sentiment xénophobe qualifié de « péril jaune » se développait en Europe, dans un contexte de recherche de nouveaux débouchés commerciaux des Occidentaux, qui avait amené à la première et à la deuxième guerre de l’opium. Cela avait entraîné des révoltes de la part de la population locale. Les Chinois étaient alors considérés par les Européens comme des barbares ; et ces cartes-réclames faisaient ainsi l’apologie du soldat français en territoire chinois. On les trouvait dans des produits de consommation comme le chocolat – ce qui nous permet de distinguer une forme de propagande politique à travers des objets du début de la société de consommation. C’est un exemple, parmi beaucoup d’autres, du type d’objets qui intéresse Ai Weiwei...

Photos_Mucem_Scenographie_AI_WEIWEI_Cecile_Degos_Juin_2018(c)Francois_Deladerriere

Il s’agit de la première grande exposition consacrée à Ai Weiwei en France. Quelles sont les pièces majeures qui seront présentées ? A-t-il créé des œuvres spécialement pour cette exposition ?

Il y a déjà eu une exposition au Jeu de Paume, à Paris, en 2012, mais celle-ci présentait son œuvre de photographe et d’animateur des réseaux sociaux. L’exposition du Mucem est en effet la première de cette importance, en France. Elle est exceptionnelle à deux titres : d’une part, elle présente des pièces réalisées par Ai Weiwei dans les années 1980, lorsqu’il vivait à New York ; un travail inédit, encore rarement montré. D’autre part, il a en effet créé de nouvelles pièces pour cette exposition, notamment des œuvres en savon de Marseille. Parmi les autres pièces notables, nous pouvons citer la reconstitution d’un temple chinois, ou encore cet immense lustre, créé pour l’exposition selon la méthode du ready-made de Duchamp, mais en y ajoutant une dimension esthétique et une certaine monumentalité : il est en e et constitué d’un ensemble de lustres. En Chine, tous les hôtels qui fleurissent aujourd’hui redoublent de luxuriance avec leurs lustres toujours plus clinquants, plus grands. Il s’agit donc d’un objet « post ready-made », mais aussi d’une référence au nouveau capitalisme chinois.

Pour aller plus loin

Au fil de l'Or
du 25 avril au 10 septembre 2018

Au fil de l'Or

Loin d’une nouvelle accumulation de trésors qui ne retiendrait de ce métal précieux que son éclat mort, cette exposition propose un dialogue entre archéologie, histoire et création contemporaine, permettant d’appréhender l’or dans ses imaginaires oniriques ou politiques, et nous invite à nous plonger dans sa luminosité créatrice.

13 expos à ne pas rater en 2018 en Provence !

13 expos à ne pas rater en 2018 en Provence !

La programmation des expositions 2018 est pour le moins alléchante ! Picasso sera à l'honneur, cette année, dans toute la Provence. Entre MP2018 Quel amour et les 150 ans du musée Réattu, l’année 2018 promet de belles échappées artistiques. Tous à vos agendas!

L'exposition gigantesque 438 notre littoral
7 juillet au 30 septembre

L'exposition gigantesque 438 notre littoral

C'est l'expo évènement de l'été 2018 en Provence de Camille Moirenc. 438 mètres de photos sur le J4 à Marseille pour s'immerger dans les 438 kilomètres du littoral des Bouches-du-Rhône.

Agenda

Expositions

Expositions

Art, histoire ou sciences naturelles : découvrez toutes les dates des expositions en Provence.

Voir le guide Expositions
Marseille

Marseille

Un film au Prado, une expo à La Friche Belle de Mai ou un concert au Dôme, sans oublier les festivals d'été et marchés d'hiver : tout l'agenda culturel.

Voir le guide Marseille
Bons plans : visiter des expositions gratuitement

Bons plans : visiter des expositions gratuitement

Aller au musée sans dépenser d'argent, c'est possible. Pléthore d’endroits ouvrent de temps à autres leurs portes sans demander de ticket d'entrée. Découvrez quand !

Voir le guide Bons plans : visiter des expositions gratuitement
Tout l'agenda culturel

Autres articles

Les villes et leurs Connectivités en Méditerranée à parcourir au Mucem

Les villes et leurs Connectivités en Méditerranée à parcourir au Mucem

Exposition semi-permanente Galerie de la Méditerranée

Quatre ans après l’ouverture de la Galerie de la Méditerranée, le Mucem achève la refonte totale de la seconde section avec la mise en place d’une présentation inédite sur les cités en Méditerranée et leurs connexions.

Le MuCEM, un musée des civilisations pour le XXIe siècle

Le MuCEM, un musée des civilisations pour le XXIe siècle

Flottant entre le ciel et l’eau, à l’entrée du Vieux-Port de Marseille, un musée national ouvre ses portes. Avec le Fort Saint-Jean relié par une passerelle au bâtiment contemporain créé par Rudy Ricciotti sur le môle J4, le Mucem est, par sa situation même, un grand projet pour la Méditerranée.

Musée Marseille : Flâneries sur le toit terrasse du MUCEM

Musée Marseille : Flâneries sur le toit terrasse du MUCEM

Besoin d'une idée sortie à Marseille ? Parmi toutes les activités que propose la ville, découvrez un endroit unique à Marseille : la terrasse du MUCEM, un lieu architectural d'exception avec vue panoramique sur la baie de Marseille.

Les interactions de Alejandro Guzzetti

Les interactions de Alejandro Guzzetti

du 10 octobre 2018 au 3 février 2019

Pour le musée Ziem, Alejandro Guzzetti a créé des installations traduisant sa fascination pour la nature. Constituées uniquement de molinie bleue, plante herbacée d’une grande élégance pouvant atteindre plus de 2 m de hauteur, ses œuvres vivront le temps de l’exposition avant de disparaître traduisant ainsi la précarité de toute chose.

Mordre la machine et un amour de collection au [mac]

Mordre la machine et un amour de collection au [mac]

du 26 septembre 2018 au 24 février 2019

L'exposition proposée au [mac] regroupe une vingtaine d’œuvres de l'artiste Julien Previeux, récentes ou réalisées spécifiquement pour l’occasion. C'est une véritable anthologie proposant une lecture spécifique de son travail.

Un autre regard sur l'actualité aux Rencontres à l'échelle

Un autre regard sur l'actualité aux Rencontres à l'échelle

du 7 novembre au 1er décembre 2018

Depuis 13 ans, Les Rencontres à l’échelle inscrivent dans le paysage marseillais un rendez-vous audacieux et rassembleur dédié aux esthétiques contemporaines internationales.

Coup de projecteur sur la Photographie Marseille #8

Coup de projecteur sur la Photographie Marseille #8

du 11 octobre 2018 au 26 janvier 2019

Plus d’une trentaine d’événements photo vous attendent, un véritable parcours dans la ville à la rencontre des photographes d’aujourd’hui, une programmation foisonnante pour ce 8ème festival La Photographie Marseille. Au programme : des expositions, des projections, des rencontres, des conférences…

Des histoires de vie au Théâtre du Merlan

Des histoires de vie au Théâtre du Merlan

Saison 2018 / 2019

Pour cette saison 2018/2019, la danse, le cirque, l’art du mouvement que l’on retrouve aussi dans maintes propositions théâtrales, reste une des missions phares du Merlan Scène Nationale.

Que faire pendant les vacances de la Toussaint?

Que faire pendant les vacances de la Toussaint?

du 20 octobre au 4 novembre 2018

Que faire pendant ces vacances ? Comment occuper nos petits et nous distraire sans partir à l'autre bout du monde? Voici les propositions de My Provence Culture, tout en plaisir, tout en émotion.

Les oeuvres inédites de Vasarely Plasticien

Les oeuvres inédites de Vasarely Plasticien

à partir du 6 octobre 2018

Un nouveau parcours de visite et de médiations culturelles permettront aux visiteurs de la Fondation Vasarely, de découvrir l’univers plastique du Maître, depuis ses débuts de graphiste jusqu’à la réalisation de ses intégrations monumentales.

Embarquez dans les bras du Rhône pour la Fête de la Science

Embarquez dans les bras du Rhône pour la Fête de la Science

du 6 au 14 octobre 2018

Le Gyptis fait "escale" sur le parvis du Musée départemental Arles antique les 6 et 7 octobre prochains . À cette occasion, et pour la Fête de la Science, conférence-projection, spectacle et rencontres sont au programme.

Une journée geek à Arles, ça vous dit?

Une journée geek à Arles, ça vous dit?

du 3 octobre au 16 novembre 2018

On laisse ressortir notre côté geek et on va passer une journée à Arles sur Octobre Numérique, un temps fort de rencontres digitales entre artistes, créatifs, entrepreneurs, techniciens, intellectuels et grand public.