La richesse musicale d'Ahamada Smis

Publié le 27 décembre 2016

Entre les Comores et Marseille, Ahamada Smis trace un trait d’union musical atypique.
Inspiré de la culture Hip-Hop, Rap, mais aussi des musiques traditionnelles comoriennes, il sort un nouvel album «Origines», pour lequel il a parcouru les îles de l’océan indien.
Après «Etre», Ahamada Smis nous emporte à la source de sa musique avec ce nouvel opus.

Comment la musique s’est imposée à vous ? Quel est le point de départ ?

J’ai vécu aux Comores jusqu’à l’âge de 10 ans, çà fait 30 ans que je vis à Marseille, et la musique traditionnelle des Comores a bercée mon enfance. J’ai écouté différentes musique d’Afrique notamment la rumba congolaise. Et quand je suis arrivée en France j’ai découvert d’autres musiques très diverses, la pop, le jazz et surtout la culture Hip-Hop au début des années 90. Pour moi c’était plus qu’une musique, c’était une culture. Dans laquelle on retrouve le graff, le DJing, la danse, le style vestimentaire et le rap. C’est aussi la première musique dans laquelle on nous donne la parole. Moi je viens d’une culture orale, où la parole a une très grande importance. C’est pour cela que je me suis retrouvé naturellement en train d’écrire en française. Voilà comment j’ai commencé à faire du Hip-Hop.
J’ai ensuite arrêté la musique pendant six ans, parce que la musique au départ c’était un hobby. J’ai appris un métier qui m’a permis de mettre de l’argent de côté pour ouvrir ma structure et reprendre la musique pour en faire mon métier enfin.

Parlez nous du projet « Origines ».

J'ai réalisé le projet Origines en itinérance. Je suis allé puiser à la source des musiques traditionnelles des Comores.
J’ai évolué dans la culture Hip-Hop, j’ai samplé du Jazz, de la soul, mais à un moment donné je me suis dit que pour être meilleur dans ma musique il fallait que j’aille chercher dans la richesse de la musique de ma culture. C’est comme çà qu’est né le projet « Origines ».

Qu’est-ce qui vous a motivé pour mettre ce projet en place ?

Culturellement, j’ai voulu mettre une lumière sur la communauté Comorienne qui est très présente à Marseille. Nous représentons 10% de la population Marseillaise, mais en même temps nous sommes invisibles. Invisibles car nous nous pensons pauvres, nous ne nous rendons pas compte que notre richesse c’est la musique.
J’ai vraiment eu envie d’aller à la source de cette culture et de cette musique, avec un studio mobile nous avons fait des résidences de créations sur l’archipel des Comores, à La Réunion, à Zanzibar, à Dar es Salaam. L’idée c’était d’aller voir d’où vient la musique Comorienne.

J’ai travaillé avec une trentaine de musiciens. On avait 10 jours : en 10 jours on devait créer, enregistrer et faire un concert. Après j’ai fait venir deux artistes de l’océan indien pour jouer des instruments traditionnels.
Sur scène il y a Mohamed Issa Matona qui vient de Zanzibar et qui m’accompagne au oud et au violon, et Soubi qui vient des Comores et qui joue du gaboussi et du dzenzé. A tout çà je rajoute de la basse et de la batterie, et avec mon phrasé rapé, slamé, on arrive à un style Afro-beat comorien.

Propos recueillis par Mireille Jauffret.

L’album « Origines » sortira le 12 novembre 2013.

Autres articles

Le regard engagé de La France vue d'ici

Le regard engagé de La France vue d'ici

du 13 novembre 2018 au 10 février 2019

Née en 2014 pour dresser un état des lieux photographique de la France jusqu’en 2017, ce projet ambitieux vise à répondre à la nécessité de témoigner visuellement des mutations de la société française. Porté par le rendez-vous photographique ImageSingulières et Mediapart, elle regroupe 26 photographes, 4 journalistes et 46 reportages.

Traverser la lumière grâce aux peintres non figuratifs

Traverser la lumière grâce aux peintres non figuratifs

du 10 novembre 2018 au 31 mars 2019

Le musée Granet, institution phare de la ville d’Aix-en-Provence, présente sur près de 700 m2 et en plus de 100 peintures, une exposition rétrospective sur ce groupe d’artistes encore méconnu de l’art français d’après-guerre, représentants « la non-figuration ».

Georges Henri Rivière, voir c'est comprendre un monde en pleine transformation

Georges Henri Rivière, voir c'est comprendre un monde en pleine transformation

du 14 novembre 2018 au 4 mars 2019

La nouvelle exposition du Mucem s’attache à dresser le portrait d’un homme, Georges Henri Rivière, qui incarne à lui seul certains des aspects les plus marquants de la culture au XXe siècle.

Du désir et des rêves à La Criée en 2019

Du désir et des rêves à La Criée en 2019

Saison 2018 / 2019

La Criée va vous saisir, vous séduire et vous troubler avec une saison 2018/2019 de désir et de rêves, d'artistes inclassables, visionnaires, intuitifs et virtuoses qui écrivent une autre partition du monde plus vraie encore que celle du dehors si bruyante.

Chroniques des imaginaires numériques

Chroniques des imaginaires numériques

du 8 novembre au 15 décembre 2018

Pendant plus d'un mois, Chroniques, biennale des imaginaires numériques, s’installe à Aix-en-Provence et Marseille. Événement international dédié à la création contemporaine à l’ère numérique, Chroniques invite connaisseurs, curieux ou néophytes à explorer les voies de la Lévitation

Où commémorer le Centenaire de l’Armistice de 1918 ?

Où commémorer le Centenaire de l’Armistice de 1918 ?

Novembre 2018

De nombreuses manifestations sont organisés en Provence pour commémorer le Centenaire de l’Armistice de 1918.

Chagall un dialogue du noir et blanc à la couleur

Chagall un dialogue du noir et blanc à la couleur

du 1er novembre 2018 au 24 mars 2019

L'Hôtel de Caumont à Aix présente une dimension inexplorée de l’œuvre de Marc Chagall, célébré maître de la couleur par les artistes et les critiques de son temps. L’exposition, consacrée à la 2ème partie de sa carrière met en lumière son renouvellement artistique et révèle chaque étape de création de son œuvre à partir de l’année 1948 jusqu’à son décès, en 1985.

3 écomusées à visiter en Provence

3 écomusées à visiter en Provence

Mieux comprendre son territoire

Parce qu’il est important de savoir où on met les pieds quand on est en vacances et où l’on vit quand on est résident, visitez les 3 écomusées que nous avons dans les Bouches-du-Rhône.

C'est gratuit ! Les Tops du mois

C'est gratuit ! Les Tops du mois

NOVEMBRE 2018

Découvrez chaque mois notre sélection de spectacles, festivals gratuits à ne pas rater. Nos coups de coeur, nos incontournables et des idées de soirées originales.

Top spectacles pour Enfants

Top spectacles pour Enfants

NOVEMBRE 2018

Découvrez chaque mois notre sélection de spectacles ou propositions pour enfants, à passer en famille et à ne pas rater ! Nos coups de coeur, nos incontournables et des idées de sorties originales.

Le TOP des Tops

Le TOP des Tops

NOVEMBRE 2018

Découvrez chaque mois notre sélection de petits concerts, de pièces de théâtre, de fêtes traditionnelles, de spectacles de danse ou pour enfants et de petites expos à ne pas rater. Nos coups de coeur, nos incontournables, nos pépites et des idées de soirées originales.

Top des petites Expos

Top des petites Expos

NOVEMBRE 2018

Découvrez en avril notre sélection de petites expos à ne pas rater. Nos coups de cœur, nos incontournables, nos pépites, de petites surfaces ou des lieux insolites.