La Galerie de la Méditerranée

Publié le 24 juillet 2017 Mis à jour le 9 avril 2019

Le Musée des Civilisations de l'Europe et de la Méditerranée permet de découvrir la Méditerranée dans une galerie qui fait 1 600 m2. Construite autour de quatre singularités intitulées : “invention des agricultures, naissance des dieux”, “jérusalem, une ville trois fois sainte”, “Citoyenneté et droits de l’Homme” et “au-delà du monde connu l'exposition aura un ensemble de rotation tous les 3 ans. Certaines parties dureront davantage... Grâce à l'aide de pays étrangers, la collection est plusieurs fois mises à jour afin de proposer une exposition différente à chaque passage.

Voyage à travers l'évolution des peuples méditerranéens

Cette galerie est construite autour de 4 singularités qui s’ordonnent selon différents temps de l’histoire définis par Fernand Braudel :

L’invention des agricultures, naissances des dieux « on domine la nature, on l’exploite et on la domestique. Du coup on se met au dessus de la nature, des animaux, des plantes et on appelle les gens au dessus de nous, des dieux ». Cette première singularité pose les paysages et c’est dans le temps long de ce qui ne se transforme que de façon imperceptible que s’inscrit cette singularité. Ce temps définit les dix mille ans de civilisations agricoles, la longue durée des faibles rendements des blés, des organisations et des conflits autour de la répartition des eaux douces ou des cheminements suivis par les troupeaux transhumant.

Jérusalem, une ville trois fois sainte « où l’épopée des monothéismes s’est développé ». Cette singularité montre les monuments des lieux saints. Elle est répartie en 3 temps : celui des textes écrits et des prophètes qui nous donne le passé de Jérusalem, le présent avec ses prières et ses pèlerinages mais aussi le Jérusalem de demain.

La citoyenneté et les droits de l’Homme, présente, à travers des sculptures, les visages de la citoyenneté et donne la parole à neuf femmes de la Méditerranée pour leurs actions citoyennes. Les sculptures que l’on trouve dans cette partie comprennent un lutteur grec, un magistrat romain et des tampons identitaires d’une installation contemporaine de Barthélémy Toguo.

Être citoyen, cela reste inaccessible aux femmes, aux barbares, aux esclaves ou aux métèques en Grèce. Au Moyen-âge, la citoyenneté perdure dans des villes libres comme Gênes, Amalfi, Venise ou Marseille. Ce n’est qu’à l’époque moderne, que progressivement se fait jour l’idée que tout être humain doit avoir accès aux droits liés à la citoyenneté.

Enfin Au-delà du monde connu est centré sur le temps de la découverte des routes maritimes du monde, quand Vasco de Gama débarque à Calicut, le 20 mai 1498. Avant cette date, la Méditerranée est, sur les cartes au cœur de trois continents qui forment le monde connu avec Jérusalem en son centre. Après cette date, la Méditerranée devient une mer intérieure parmi les océans du monde.

Cette partie filme les côtes inhospitalières de l’Afrique de l’Ouest où s’aventurèrent les Portugais à la recherche d’une route maritime vers les Indes. Dessins, estampes et Vedutte sont exposés au sein de la section consacrée aux voyages en Méditerranée.

Le Patrimoine

Au seuil de chaque partie, un objet fonctionne comme un signal.

Le premier est un pingouin «quand monsieur s’en va, l’histoire de la Méditerranée commence». C’est un animal qui rappelle que tout commence a la fin de la glaciation de Wurm, il y a 10 000 ans, avec les pingouins peints sur les parois de la grotte Cosquer (-19 000 ans) « à cette époque là chez les chasseurs cueilleurs, il y avait une équivalence entre l’homme et le monde qui l’habite, qui vérifiera une système de pensée qui ne fonctionne pas comme les dieux. Dans ce système là, il n’y a pas de dieux »

Le second est un relief amarnien figurant Akhenaton inondé des rayons du dieu unique, le disque solaire, ouvrant de la même façon la partie consacrée aux monothéismes.

Les maquettes comparées de Babylone et d’Athènes introduisent la citoyenneté en montrant comment elle modifie l’organisation de la ville «Babylone est une ville sans citoyenneté. C’est des rampars, des palettes, des temples et Athènes est une ville avec une acropole, des amphithéâtres, c’est une ville avec les installations de citoyenneté».

Enfin, faisant obstacle à toutes les tentations d’aller au-delà du monde connu, une inquiétante sirène accueille le visiteur au seuil de la dernière singularité.

Chaque singularité s’est également construite autour d’un centre où réside une œuvre ou une installation monumentale.

Dans la 1ère partie, c’est une sakieh "qui nous rappelle le système hydraulique égyptien". Plusieurs objets en rapport avec l’eau sont présentés.

Dans la 2nd singularité, le Coran, la Bible et la Torah sont présentés au sein d’une installation oecuménique de Pistoletto.

La partie intitulée "Citoyenneté et droits de l’Homme" s’organise autour d’une scénographie immersive. Elle se compose d’abord d’une banquette ouverte en "U" évoquant le banquet Grec ou symposion. Elle est surmontée de vitrines exposants les cratères, des coupes ou des oenochoés qui composent la vaisselle du banquet des citoyens grecs. Face à cette banquette, les cases dans lesquelles sont disposés des portraits forment un mur où les hommes de la Méditerranée d’hier semblent s’adresser aux citoyens d’aujourd’hui. De part et d‘autre du grand écran carré pour neuf témoignages citoyens sont disposés, d’un côté, des bustes antiques de Palmyre, de l’autre, des portraits sculptés de contemporains et enfin, à l’étage supérieur des bustes du plasticien Dominique Angel.

Le centre de “Au-delà du monde connu” est occupé par des cartes, des sphères, des instruments de précisions qui nous rappellent comment la cartographie juive alliée aux mathématiques arabes et à la science chrétienne de la navigation en haute mer fut rassemblée pour introduire à la découverte du monde.

La première singularité se conclut sur des œuvres illustrant le commerce des blés, celle consacrée à Jérusalem par un film sur l’histoire du paradis et celle réservée à la citoyenneté par une œuvre filmique de Cristina Lucas qui figure la Liberté guidant le peuple de Delacroix trébuchant du haut de sa barricade.

La dernière partie se conclut sur l’exposition de trois œuvres d’art contemporain : la première est une œuvre en biscuit des Poirier, un décor de table ou surtout de six mètres de long, qui figure des ruines d’Egypte et illustre comment s’est construit l’image de la Méditerranée comme lieu de mémoire. La deuxième, conçue également par un couple de plasticiens, Joana Hadjithomas et Khalil Joreige, présente une vue cavalière de Beyrouth composée de 3000 photos collées à un miroir par des plaques alimentées. Elle évoque la déconstruction actuelle d’une image de la Méditerranée ; enfin la troisième est une vidéo de Zineb Sedira qui interroge la mer comme espace de transit, comme barrière entre le sud et le nord, entre l’est et l’ouest.

La scénographie d'Adeline Rispal

Adeline Rispal nous présente une scénographie territoriale qui fait référence à ces cultures gagnées sur des reliefs arides. Les collections sont installées sur de vastes socles qui émergent du sol comme des reliefs en terrasse.

Elle nous présente également une scénographie de l’apaisement avec des voiles qui habitent l’espace pour ménager des points de vue constants sur le paysage maritime tout en protégeant les collections de l’excès de soleil et de lumière ; pour identifier les séquences sans les séparer ; pour exprimer la porosité entre les civilisations méditerranéennes ; pour parler du soleil et du vent face à la mer.

Des espaces de décryptage sont creusés dans les voiles qui accueillent les collections signifiantes de chaque singularité : oeuvres anciennes et contemporaines, patrimoine matériel et immatériel se conjuguent pour éclairer pour nous éclairer sur les fondements des singularités et construisent cette "histoire partagée", chère à Amin Maalouf et à tant d’autres.

On peut apercevoir des "fenêtres sur la Méditerranée" qui ouvrent les espaces sur le vaste territoire du patrimoine commun. Elles diffusent en grand format des plans séquences cadrés frontalement en lien avec les grandes thématiques : images de paysages méditerranéens ; images d’architecture des lieux saints de Jérusalem ; interviews de femmes sur la citoyenneté, images d’au-delà de la Méditerranée (paysages des côtes inhospitalières d’Afrique…), en lien avec des documentaires diffusés sur des écrans plus petits.

Selon une programmation évènementielle, une de ces fenêtres pourra également diffuser des images retransmises en direct depuis des institutions culturelles invitées sur toutes les rives de la Méditerranée, pour des rencontres croisées avec les acteurs de la culture.

Les installations muséographiques et des mobiliers de confort sont travaillés dans le bois du sol ou le textile, comme sur un grand navire.

Fabien Cassar

Informations pratiques

Informations pratiques

7 Prom. Robert Laffont, 13002 Marseille

Billetterie et Visites guidées sur : billetterie.mucem.org

Le Mucem est ouvert tous les jours sauf le mardi
Fermeture exceptionnelle les 1er mai et 25 décembre
Du 2 novembre au 30 avril 11h—18h
Du 2 mai au 7 juillet 11h—19h
Du 8 juillet au 3 septembre 10h—20h
Du 4 septembre au 1er novembre 11h—19h

Nocturne du 2 mai au 28 août le vendredi jusqu'à 22h

Dernière entrée dans les salles 45 minutes avant la fermeture des expositions.
Fermeture des salles d'exposition 15 minutes avant la fermeture du site

Pour aller plus loin

Le MuCEM, un musée des civilisations pour le XXIe siècle

Le MuCEM, un musée des civilisations pour le XXIe siècle

Flottant entre le ciel et l’eau, à l’entrée du Vieux-Port de Marseille, un musée national ouvre ses portes. Avec le Fort Saint-Jean relié par une passerelle au bâtiment contemporain créé par Rudy Ricciotti sur le môle J4, le Mucem est, par sa situation même, un grand projet pour la Méditerranée.

Le CCR, les coulisses du MuCEM

Le CCR, les coulisses du MuCEM

Pour stocker ses nombreuses collections, le MuCEM dispose d'un Centre de conservation (CCR) situé dans le quartier de la Belle de Mai. Avec plus de 250 000 objets, c'est une conséquente base de donnée qui a été constituée.

Le Fort Saint-Jean, Gardien de la culture Méditerraneenne

Le Fort Saint-Jean, Gardien de la culture Méditerraneenne

À l’entrée du port de Marseille, en aplomb au-dessus du môle J4, le fort Saint-Jean devient un espace d’exposition pour les collections permanentes. Il accueille également des manifestations temporaires, tout en proposant au visiteur un parcours dans un jardin méditerranéen.

Agenda

Expositions en Provence

Expositions en Provence

Art, histoire ou sciences naturelles : découvrez toutes les dates des expositions en Provence.

Voir le guide Expositions en Provence
Marseille

Marseille

Un film au Prado, une expo à La Friche Belle de Mai ou un concert au Dôme, sans oublier les festivals d'été et marchés d'hiver : tout l'agenda culturel.

Voir le guide Marseille
Tout l'agenda culturel

Autres articles

Les expositions de l'été en Provence

Les expositions de l'été en Provence

C’est l'été et nous avons enfin tout le temps de visiter musées et expositions. Voici, pour vous, une sélection des expositions incontournables en Provence. Sortez vos agendas !

L'Agenda du week-end

L'Agenda du week-end

Du jeudi 25 au dimanche 28 juillet 2019

Idées sorties pour le week-end : Retrouvez chaque mercredi, notre sélection d'événements, nos bons plans et nos coups de cœur.

Le temps de l'île, le temps d'un été

Le temps de l'île, le temps d'un été

du 17 juillet au 11 novembre 2019

L'exposition explore les effets des îles sur les imaginaires, les savoirs, la réalité géopolitique, les utopies d'hier et de demain. Cartes géographiques, relevés d'explorateurs, animaux naturalisés, mais aussi mosaïque romaine, peintures, sculptures, photographies, vidéos, installations...

Où voir des films en plein air en Provence?

Où voir des films en plein air en Provence?

Ah l'été, son soleil, sa chaleur. Avec un temps pareil, pas question de s'enfermer dans une salle de ciné. Fort heureusement, des associations organisent des séances en plein air dans tous le département. L'occasion de découvrir des chefs d’œuvres du 7ème art comme des films méconnus.

Où célébrer le 14 juillet en Provence ?

Où célébrer le 14 juillet en Provence ?

Du 12 au 14 juillet

Pour la Fête Nationale, la Provence se pare de ses plus belles couleurs et propose des animations jusqu'au bout de la nuit

Les festivals à faire cet été en Provence

Les festivals à faire cet été en Provence

Qui dit été dit festivals de musique. Et dans le département, on ne peut pas dire que c'est le choix qui manque. Jazz, électro, musique du monde, reggae, classique, hip-hop, ... il y en a pour tous les goûts.

Top des Rooftops et lieux festifs à découvrir à Marseille cet été

Top des Rooftops et lieux festifs à découvrir à Marseille cet été

Besoin de profiter du soleil ? Pas de panique ! Voici une liste de rooftops et lieux festifs à Marseille. Du spot pour prendre un verre en admirant le coucher du soleil à celui où faire la fête toute la nuit, il y en a pour tous les goûts !

Un Printemps de l'Art Contemporain foisonnant de surprises

Un Printemps de l'Art Contemporain foisonnant de surprises

du 18 mai au 2 juin 2019

Comme une parenthèse, le PAC, Printemps de l'Art Contemporain permet d’échapper aux trajectoires quotidiennes et se laisser guider, d’une exposition à l’autre, par le tracé inédit de plus de cinquante projets artistiques.

Parcours d'Art Contemporain dans le quartier Castellane - Corniche Kennedy

Parcours d'Art Contemporain dans le quartier Castellane - Corniche Kennedy

Échappez aux trajectoires quotidiennes et laissez vous guider, d’une exposition à l’autre en partant de Castellane jusqu'à la mer. Ce parcours artistique propose la découverte d'expositions et un musée...et pourquoi pas un brunch au soleil?

Parcours d'Art Contemporain dans le quartier Réformés - Belle de Mai - Blancarde

Parcours d'Art Contemporain dans le quartier Réformés - Belle de Mai - Blancarde

En haut de la mythique Canebière jusqu’à la Friche la Belle de Mai, vivent et travaillent de nombreux artistes. Ce parcours artistique propose une découverte conviviale d'ateliers d’artistes, de galeries privées ou de lieux associatifs.

Parcours d'Art Contemporain dans le quartier Joliette - Belsunce - Panier

Parcours d'Art Contemporain dans le quartier Joliette - Belsunce - Panier

le vendredi 31 mai dans le cadre du PAC

Dans les quartiers historiques du port, du Panier, de Belsunce et de la Joliette, la déambulation et le questionnement de la ville se poursuivent. Au programme de ce parcours : grandes institutions, les galeries privées, les ateliers d’artistes et espaces expérimentaux.

Parcours d'Art Contemporain dans le quartier Saint Victor - Préfecture - Cours Julien - La Plaine

Parcours d'Art Contemporain dans le quartier Saint Victor - Préfecture - Cours Julien - La Plaine

Le jeudi 30 mai dans le cadre du PAC

Le centre ville commerçant de Marseille et le Cours Julien bouillonnent d’énergies créatives et expérimentales. Ce vaste parcours artistique se déploie dans une myriade de petites galeries privées et associatives de grande qualité.