La courge

Le nouvel eldorado des gastronomes

Publié le 8 janvier 2019 Mis à jour le 23 janvier 2019

Pas si courges que ça…

Elle avait disparu des étals et puis, peut-être un effet collatéral de l’importation de la fête d’Halloween en France ? -, la courge a fait son grand retour sur nos marchés depuis une bonne dizaine d’années. Derrière ce nom générique, se cachent les cucurbitacées (potiron, citrouille, giraumon, coloquinte, calebasse) et, pour satisfaire les botanistes, les représentantes de l’espèce Cucurbita pepo, à laquelle appartiennent les courgettes. On trouve les plus beaux spécimens en hiver sur nos marchés de Provence, de celui de Cassis, le mercredi et vendredi, à celui de la place Richelme, à Aix, le samedi matin, en passant par le marché paysan du cours Julien, le mercredi, à Marseille.

La courge cou tors, la caméléon, la tromba d’Albenga, la marina di chioggia, la blue hubbard… Toutes ces variétés sont peu fréquentes et leur production confidentielle ; il faut y voir un indice de qualité et se délecter de leurs vertus culinaires ; n’hésitez pas à demander des conseils et astuces auprès des paysans, ils vous seront de précieux conseils !
Les Amap, Associations pour le maintien d’une agriculture paysanne, ne sont pas en reste et en remplissent leurs paniers hebdomadaires nous rappelant que c’est en hiver qu’on les savoure au meilleur. Pour aider leurs clients à les apprêter, les Amap distillent leurs conseils à qui les leur demande, à défaut de glisser des fiches recettes dans les paniers…
Les enfants raffolent des courges : “C’est onctueux, ça a une texture douce, c’est pas agressif” explique Timothée pour justifier sa passion. “Je leur trouve une douceur qui s’apparenterait à celle de la carotte, une texture comparable à celle de la patate douce rose” poursuit sa maman, Florence, qui habite à Puyricard.

Les trucs les plus cool

Les courges ont plus d’un atout dans leur sac et s’avèrent des plus simples à cuisiner. Préparez une purée composée à parts égales de pommes de terre et de courge butternut, ajoutez un peu de ciboulette ciselée pour la couleur, du beurre ou de la crème, un peu de fromage râpé et le tour est joué ! “J’utilise la courge spaghetti ou, à défaut, la longue de Nice pour faire mes spaghetti de légumes”, raconte Andrée qui a converti son mari Léon aux charmes de la courge la moins calorique…
Et si vous releviez le défi de la recette la plus cool ? Choisissez un potimarron de petite taille, lavez-le et découpez avec soin le chapeau que vous réutiliserez. Creusez ensuite la chair, retirez les pépins et filaments. Mélangez ensuite dans un bol de la crème fraîche entière, du gruyère et assaisonnez de sel, poivre et noix de muscade râpée. Remplissez votre potimarron, couvrez avec le chapeau et enfournez pour 1h15 à 180°C. C’est très joli, inratable et, c’est sûr, toute la famille va adorer avec une salade verte et quelques lardons.

« Sa marraine la creusa et, n'ayant laissé que l'écorce, la frappa de sa baguette, et la citrouille fut aussitôt changée en un beau carrosse tout doré »
Charles Perrault – « Cendrillon »

Pour tous ceux qui surveillent leur ligne, mieux vaut précuire vos courges à la vapeur ainsi, la chair prend moins le gras que crue. Gardez toujours à l’esprit que l’huile permet de saisir et que le beurre brûle. “C’est un produit miracle, s’enthousiasme Florence, car je peux conserver ma courge entière plusieurs semaines sans inquiétude et sans la ranger au réfrigérateur”.
Et les coloquintes dans tout ça ? Elles ne sont pas comestibles mais sont très décoratives. Achetez-en de diverses formes, tailles et couleurs et composez un joli plateau qui embellira des mois durant votre table de cuisine ou vos rebords de fenêtres s’ils sont protégés de l’humidité. Décoratives, délicieuses, faciles à cuisiner et à conserver… Décidément, les courges ont toutes les qualités. Mais qui en doutait ?

A la façon d’une carte postale, le Grand Pastis vous raconte la Provence gourmande. Pierre Psaltis fait partager sa conception de la gastronomie, de la plus simple à la plus sophistiquée, présente ses recettes goûtées et approuvées, débouche les meilleures bouteilles et vous invite au restaurant. Un concentré d’actualité avec l’accent.
Pierre Psaltis

Le Grand Pastis

Autres articles

Green food à Marseille : nos adresses vegan et végétarienne

Green food à Marseille : nos adresses vegan et végétarienne

2019, sera green ou ne sera pas !

Et si « manger bon et sain » devenez notre bonne résolution à tous ! Découvrez ci-dessous nos lieux pour manger bien, bon, local et sans viande.

MPG 2019

MPG 2019

Une année de la gastronomie en Provence

MPG2019 est un événement inédit qui se déploiera sur l’ensemble du territoire des Bouches-du-Rhône pour célébrer l’art populaire de la gastronomie de mars à décembre 2019.

Dans la cuisine de Mireille : les pieds paquets

Dans la cuisine de Mireille : les pieds paquets

Les pieds paquets n'auront plus de secret !

Aujourd’hui on va dans la cuisine de Mireille, qui va partager avec nous sa recette familiale de pieds paquets !

La figue

La figue

Francis, au pied de son arbre, vivait heureux

La figue de Provence invite à la damnation quand elle est cueillie mûre à point sur l’arbre, on peut aussi en parsemer un plateau et la laisser sécher 3 jours au soleil pour en manger tout l’hiver. Juste frais, ouvert et posé sur la pâte à tarte, en confiture bien sûr, ce fruit en mode sucré est un délice.

Le coing

Le coing

Petites histoires sur un fruit bonne pâte

Il est jaune comme un soleil et chaleureux comme un feu de cheminée en hiver… Le coing n’est pas très beau mais a su se faire aimer des Provençaux.

La tomate

La tomate

En sauce ou en salade, pour rougir de plaisir

Ne pas avoir le bac n’empêche pas de réussir sa vie. Et c’est pareil pour la tomate qui a raté son arrivée en Occident mais est devenue, après bien des péripéties, la star des menus Provençaux. Au plus elle est charnue, joufflue voire fessue, au plus elle a la cote.

L’amande

L’amande

A la (re)conquête de la Provence

Peut-on résister à l’amande ? On les déguste fraîches ou séchées, entières, grillées, effilées, pilées voire en crème ou en lait !

Les fruits confits de Provence

Les fruits confits de Provence

Un péché gourmand

Depuis toujours, la Provence est reconnue pour ses fruits confits. Au début du 16ème siècle, notre région est alors assez pauvre. Pourtant les fruits y poussent en abondance, mais de grandes quantités se perdent chaque année. Nostradamus a alors l’idée de les conserver dans le sucre…

Brousses et fromages de chèvres

Brousses et fromages de chèvres

La spécialité fromagère des Bouches-du-Rhône

Pas de lait de vaches dans les Bouches du Rhône ou très peu. Ici, la chèvre est la reine. Et ne cherchez pas, vous ne trouverez pas d’autres spécialités fromagères dans le département que le fromage de chèvre.

L'ail

L'ail

Tout commence par une gousse écrasée

L’ail est inévitable dans la cuisine provençale. Comme le thym ou l’huile d’olive, c’est plutôt un préambule à chaque recette. Dans la marmite, un filet d’huile, un oignon et une gousse d’ail écrasée.

Pompe, gibassié ou fougasse de Provence

Pompe, gibassié ou fougasse de Provence

Tout savoir et acheter les pains plats et brioches de Provence

En Provence, le pain, comme beaucoup d’autres choses, n’est pas comme ailleurs (comprendre dans le Nord). Ici on mange la Fougasse, le gibassié ou la pompe. Souvent à Noël mais parfois toute l’année, à la fleur d’oranger ou à l’anis, au dessert ou à l’apéro… Top de nos meilleures adresses.

Nos adresses pour manger au coin de la cheminée

Nos adresses pour manger au coin de la cheminée

Ambiance chaleureuse autour du feu

Quand l’hiver frissonne, nous rêvons tous d’une soirée au coin de la cheminée. Et, quoi de plus réconfortant que la chaleur d’un feu de cheminée associée à un bon repas accompagné d’un verre de vin ?