L’amour de A à Z, un abécédaire des collections

du 14 février au 27 août 2018

Publié le 25 janvier 2018 Mis à jour le 2 octobre 2018

À partir de février 2018, le Mucem dédie un nouvel espace à la présentation de ses collections : située au fort Saint-Jean, la « salle des collections » interroge de façon ludique les fonds du musée à travers des expositions thématiques présentées sous forme d’abécédaires, appelées à être renouvelées tous les six mois.

Une façon originale de faire connaître au grand public la diversité des collections du Mucem, riches de plus de 350 000 objets conservés parmi plus d’un million d’items : qu’ont-elles à nous dire sur les grands thèmes de notre existence, nos passions, nos peurs, nos croyances ? La grande variété des collections du Mucem permettra de faire le tour de chacune de ces thématiques, « de A à Z ».

A comme Amour - Ange d’orgue monumental, firme Gavioli, France, 1895 © Mucem - Cupidon (ou Éros) est depuis l’Antiquité le dieu de l’amour. Il est toujours représenté sous les traits d’un jeune enfant quasi nu et ailé, tel un ange. À la différence près que cet ange décoche de son arc des flèches qui font instantanément tomber amoureux ceux qui en sont touchés.

Cadenas, Puy‐de‐Dôme, avant 1954 © Mucem / Yves Inchierman Organe qui commande aux flux sanguins, le coeur est considéré comme le siège des passions et des émotions. Il symbolise le sentiment amoureux dans les objets offerts en témoignage de désir ou d’affection. Le coeur apparaît sur les oeuvres du Mucem, sous des aspects et matériaux très variés. Et même sous la forme d’un cadenas, donné en signe d’attachement !

Ce nouveau dispositif est inauguré à partir du 14 février avec l’exposition « L’amour de A à Z », dans le cadre de la saison culturelle « MP2018, Quel amour ! ».

A comme « Amour », B comme « Bijoux », C comme « Coeur », D comme « Devoir conjugal »… Les grands thèmes amoureux se déclinent en 26 lettres, à travers l’exposition « L’amour de A à Z » : un abécédaire tendre et torride composé à partir des collections du Mucem.

Séduction, déclaration, fiançailles, érotisme, jalousie, rupture… Rendez-vous au fort Saint-Jean pour une déambulation langoureuse au fil des multiples nuances du sentiment amoureux, tel qu’il s’exprime, du XVIIIe siècle à nos jours, dans les sociétés d’Europe et de Méditerranée.

Objets « historiques » liés aux traditions populaires (vêtements de mariés, petits présents de fiançailles, lit-clos breton, fontaine dite de « La dispute de la culotte », etc.) se mêlent à des objets collectés plus récemment par les équipes du Mucem auprès de couples italiens, marocains, islandais, tunisiens, anglais, russes, français, serbes et israéliens, illustrant dans toutes les langues, les diverses façons de s’aimer au présent.

O comme Oracle - Automate de voyance « Le Sphinx », France, 1ère moitié du 20e siècle © Mucem - Dans les années 1930, à cause d’une nouvelle législation, les cafés et bars ont dû transformer leurs machines à sous. Beaucoup sont devenus des automates de voyance, comme Le Sphinx. Pour une modique somme, cette machine vous révélait l’identité de votre âme soeur. Richard, trente‐deux ans, professeur d’escrime, ou Louis, vingt‐trois ans, garçon épicier ? Léonie, vingt‐huit ans, couturière, ou Ginette, vingt ans, dactylographe ? Qui emmener jusqu’à l’autel ? Le Sphinx connaît votre avenir amoureux!

Photos_Mucem_Scenographie_L_AMOUR_de_A_a_Z_Fevr_2018_de_Francois_Deladerriere

Entre gages d’amour et curiosités érotiques, Cupidons mignons et « épingle de pardon », lapin en peluche et sms de rupture ; le Mucem dévoile ses trésors amoureux, fruits de presqu’un siècle d’enquêtes de terrain et de collecte patiente et passionnée. Laissez-vous tenter par un coup d’œil coquin, voire indiscret, sur une exposition à l’irrésistible pouvoir d’attraction !

En parallèle, le forum du J4 accueille (du 14 février au 12 mars 2018) la vitrine « Comment lui dire "Je t’aime" ? Cinq manières d’exprimer son amour »… Pour autant de façons de prouver que l’amour est aussi une affaire d’imagination et de créativité !

Entretien avec Zeev Gourarier, directeur scientifique et des collections du Mucem

La « salle des collections » va ouvrir ses portes le 14 février 2018 au fort Saint-Jean. Dans quel contexte a été conçu ce projet ?

Zeev Gourarier
Zeev Gourarier

Le Mucem s’organise globalement en trois parties : au rez-de-chaussée, la Galerie de la Méditerranée est consacrée à la présentation d’expositions semi-permanentes autour, comme son nom l’indique, de la Méditerranée.

Ensuite, au niveau 2 du J4, nous avons un espace dédié aux expositions temporaires, dont les cadres thématiques peuvent largement déborder les frontières de la Méditerranée.

Enfin, il y a le fort Saint-Jean, où différents lieux sont réservés à la présentation des collections du Mucem. La salle des collections est l’un d’entre eux. En 2013 et 2014, nous y avions installé la maquette du cirque Pirouette de George Berger, avant que cet espace ne soit fermé pour travaux. À partir de février 2018, la salle des collections va rouvrir ses portes avec un tout nouveau projet.

Photos_Mucem_Scenographie_L_AMOUR_de_A_a_Z_Fevr_2018_de_Francois_Deladerriere

R comme Rupture - Boîte de « badges de la rupture » France, vers 1960 © Mucem - Inutile de se voiler la face : ils se marièrent, vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants n’est pas l’unique conclusion d’une belle histoire d’amour. Elle peut se finir de manière abrupte par une dispute orageuse, un lâche SMS, une lettre amère, voire un explicite badge « Il embrasse mieux »…

Quel est-il ?

Notre problématique était la suivante : comment faire, pour présenter des collections qui se chiffrent à 350 000 objets inventoriés au sein d’un million d’items (photos, archives, cartes postales, etc.) ? Comment rendre compte de la richesse de ces collections dans une salle de 130 m2 ?

C’est comme si vous étiez dans un immense grenier avec une lampe de poche : certains objets se retrouvent pris par hasard dans le faisceau de la lampe. Le Mucem est comme un immense grenier de la société française, dans lequel nous allons promener le faisceau de notre lampe… en gardant cette idée de hasard. Il s’agit ainsi, dans notre sélection, de jouer sur cette idée, tout en essayant d’organiser un minimum ce hasard.

C’est pourquoi nous avons opté pour des expositions thématiques : la première, présentée dans le cadre de la saison culturelle « MP2018, Quel amour ! », est naturellement consacrée à l’amour. Et puis nous changerons de thématique tous les six mois.

Ces expositions thématiques vont être présentées sous une forme singulière, celle de l’abécédaire…

Il s’agit là encore de guider le faisceau de notre lampe, selon un hasard maîtrisé. Prenons l’exemple de l’amour : comment faire le tour d’une telle thématique au sein d’un si petit espace ? Vous savez, dans nos collections, les objets avec des cœurs se comptent probablement par milliers, voire par dizaines de milliers ! Pour ordonner tout cela, nous avons choisi de présenter des expositions « abécédaires ».

À partir du 14 février 2018, la première, intitulée « L’amour de A à Z », est donc un abécédaire de l’amour : elle présente différents objets des collections liés à cette thématique, organisés selon les lettres de l’alphabet. Au second semestre 2018, nous présenterons « Les animaux de A à Z » ; puis, en 2019, « Sacré reliques » et « Insolite de A à Z ». À travers toutes ces thématiques, c’est, petit à petit, toute la richesse des collections du Mucem qui nous sera révélée.

Nathalie Ammirati

G comme Gage d'amour - Sabots de la vallée de Bethmale, Pyrénées, 19e siècle © Mucem - Dans la vallée de Bethmale, au coeur des Pyrénées, les garçons offraient il y a encore près d’un siècle à leur promise une paire de sabots. Ces derniers manifestaient par là la force de leurs sentiments : plus la pointe du sabot était longue, plus l’amour du fiancé pour sa belle était puissant. Ce présent s’accompagnait généralement d’une quenouille et d’un fuseau. En retour, la jeune femme donnait à son soupirant un tricot brodé et une bourse.

Les collections de A à Z

Le Mucem n’est pas un musée comme les autres. Les musées conservent, en principe, les œuvres les plus rares, les plus précieuses et les plus estimées tandis que les collections du Mucem se sont constituées autour de la collecte d’objets usuels dont la rareté provient précisément du peu d’attention qu’on leur prête sur le moment. Et pourtant, ce sont bien ces menues choses du quotidien qui témoignent vraiment de ce que sont nos sociétés et de ce qu’elles ont été.

C’est ainsi que le Musée d’ethnographie du Trocadéro, dès la naissance de son ancêtre, la Salle de France, en 1884, a commencé à collecter, des porte-bonheurs, des images d’Epinal ou des faïences aux décors naïfs.
En 1937, quand la Salle de France devient « Musée national des arts et traditions populaires », la curiosité des membres de la nouvelle équipe qui se constitue alors s’étend à tous les domaines : outils d’artisan, cadeaux de mariage, objets de dévotion, costumes de clown, armoires normandes, marionnettes de guignol, vielles à roue…

Et au fil des générations les centres d’intérêts des uns ont apporté sans cesse de nouvelles collections à celles déjà constituées : décors de boutiques des siècles passés, bestiaire des cavaleries de carrousels, fonds de disques et d’affiches provenant du Golf Drouot, collecte de graffs et de skate, échoppe de coiffeur antillais…

Enfin, quand, en 2005, le Musée national des arts et traditions populaires devient Mucem, pour s’implanter à Marseille (inauguration en juin 2013), il s’ouvre à un enrichissement considérable de collections en lien avec le nouveau domaine de compétence de l’institution : objets de hammam, tablettes coraniques, lampes de synagogues, imagerie shiite, souvenirs de pèlerinage, sakieh venue d’Egypte mais aussi cadeaux de mariage ou créations de souffleurs de verre tchèques et portugais.

B comme Bijou - Détail d'une paire de fibules ibzimen , Algérie, Kabylie, vers 1900 Argent et émail © Mucem - En Kabylie, les fibules ibzimen sont offertes par paire aux jeunes femmes en cadeaux de mariage. Elles servent à fixer les deux parties du costume traditionnel, la robe drapée et la mante. Les bijoux font partie de la dot de la jeune fille. Dès l’enfance, ses proches commencent à lui constituer sa parure. Plus tard, lorsqu’elle se fiance, les parents du futur mari lui offrent plusieurs bijoux, qu’on exhibe devant les invités et dont on fait connaître le prix.

Nathalie Ammirati

Pendant les cent trente années de la vie de ses collections, le Mucem a inscrit à l’inventaire nationale 350 000 objets qui sont conservés parmi plus d’un million d’item : cartes postales, affichettes, disques, photographies, enregistrements….

S’il fallait montrer en permanence au public l’ensemble des seuls objets inscrits à ses inventaires, à raison d’un objet ou d’un ensemble inventorié au m², le Mucem devrait présenter ses collections sur 350 000 m² soit 35 hectares : une surface égale, par exemple, à 48 terrains de football ! Les budgets pour réaliser un tel projet n’existent pas et quand bien même ils seraient disponibles, un tel colosse muséographique est-il souhaitable ? Aussi les collections du Mucem ne sont-elles que partiellement visibles dans sa galerie permanente, ses expositions temporaires, à travers les expositions qu’il réalise hors les murs ou par les multiples prêts qu’il accorde aux autres musées.

Ces multiples formes de présentation des collections ne permettent pas au visiteur d’imaginer la richesse, la beauté et l’étrangeté des œuvres conservées en réserve. C’est ainsi qu’est née l’idée de dédier un espace à la seule présentation des collections sans autre but que de les révéler au grand public dans tout le chatoiement de leur diversité.

Comment faire partager au visiteur le caractère surprenant des collections tel qu’il peut le découvrir en visitant les réserves ? Certainement pas en ordonnant de façon trop cohérente les choses comme on le fait ordinairement dans le cadre des thématiques choisies pour les expositions temporaires. C’est ainsi qu’est née l’idée des abécédaires qui consiste d’abord à interroger les collections du Mucem à partir d’une question de type : qu’ont-elles à nous montrer sur l’amour, les animaux ou la mort ? Une fois la question posée, on y répond en classant les objets trouvés par ordre alphabétique.

Pour aller plus loin

La vie en Roman-Photo au Mucem

La vie en Roman-Photo au Mucem

A travers plus de 300 objets (revues, photographies originales, maquettes, films…), l’exposition retrace une époque, ses rêves et ses peurs, et met en avant de petits chefs-d’oeuvre totalement inédits.

MP2018, que l'amour soit avec vous !

MP2018, que l'amour soit avec vous !

Evénément majeur de la saison, MP 2018 Quel Amour ! va rythmer l'année culturelle en Provence. Avec un programme étendu sur 7 mois, l'amour est au rendez-vous cette année, et vous allez adorez !

Le MuCEM, un musée des civilisations pour le XXIe siècle

Le MuCEM, un musée des civilisations pour le XXIe siècle

Flottant entre le ciel et l’eau, à l’entrée du Vieux-Port de Marseille, un musée national ouvre ses portes. Avec le Fort Saint-Jean relié par une passerelle au bâtiment contemporain créé par Rudy Ricciotti sur le môle J4, le Mucem est, par sa situation même, un grand projet pour la Méditerranée.

Agenda

Expositions

Expositions

Art, histoire ou sciences naturelles : découvrez toutes les dates des expositions en Provence.

Voir le guide Expositions
Marseille

Marseille

Un film au Prado, une expo à La Friche Belle de Mai ou un concert au Dôme, sans oublier les festivals d'été et marchés d'hiver : tout l'agenda culturel.

Voir le guide Marseille
Tout l'agenda culturel

Autres articles

Le CCR, les coulisses du MuCEM

Le CCR, les coulisses du MuCEM

Pour stocker ses nombreuses collections, le MuCEM dispose d'un Centre de conservation (CCR) situé dans le quartier de la Belle de Mai. Avec plus de 250 000 objets, c'est une conséquente base de donnée qui a été constituée.

Les villes et leurs Connectivités en Méditerranée à parcourir au Mucem

Les villes et leurs Connectivités en Méditerranée à parcourir au Mucem

Exposition semi-permanente Galerie de la Méditerranée

Quatre ans après l’ouverture de la Galerie de la Méditerranée, le Mucem achève la refonte totale de la seconde section avec la mise en place d’une présentation inédite sur les cités en Méditerranée et leurs connexions.

13 expos à ne pas rater en 2018 en Provence !

13 expos à ne pas rater en 2018 en Provence !

La programmation des expositions 2018 est pour le moins alléchante ! Picasso sera à l'honneur, cette année, dans toute la Provence. Entre MP2018 Quel amour et les 150 ans du musée Réattu, l’année 2018 promet de belles échappées artistiques. Tous à vos agendas!

Les interactions de Alejandro Guzzetti

Les interactions de Alejandro Guzzetti

du 10 octobre 2018 au 3 février 2019

Pour le musée Ziem, Alejandro Guzzetti a créé des installations traduisant sa fascination pour la nature. Constituées uniquement de molinie bleue, plante herbacée d’une grande élégance pouvant atteindre plus de 2 m de hauteur, ses œuvres vivront le temps de l’exposition avant de disparaître traduisant ainsi la précarité de toute chose.

Mordre la machine et un amour de collection au [mac]

Mordre la machine et un amour de collection au [mac]

du 26 septembre 2018 au 24 février 2019

L'exposition proposée au [mac] regroupe une vingtaine d’œuvres de l'artiste Julien Previeux, récentes ou réalisées spécifiquement pour l’occasion. C'est une véritable anthologie proposant une lecture spécifique de son travail.

Un autre regard sur l'actualité aux Rencontres à l'échelle

Un autre regard sur l'actualité aux Rencontres à l'échelle

du 7 novembre au 1er décembre 2018

Depuis 13 ans, Les Rencontres à l’échelle inscrivent dans le paysage marseillais un rendez-vous audacieux et rassembleur dédié aux esthétiques contemporaines internationales.

Coup de projecteur sur la Photographie Marseille #8

Coup de projecteur sur la Photographie Marseille #8

du 11 octobre 2018 au 26 janvier 2019

Plus d’une trentaine d’événements photo vous attendent, un véritable parcours dans la ville à la rencontre des photographes d’aujourd’hui, une programmation foisonnante pour ce 8ème festival La Photographie Marseille. Au programme : des expositions, des projections, des rencontres, des conférences…

Des histoires de vie au Théâtre du Merlan

Des histoires de vie au Théâtre du Merlan

Saison 2018 / 2019

Pour cette saison 2018/2019, la danse, le cirque, l’art du mouvement que l’on retrouve aussi dans maintes propositions théâtrales, reste une des missions phares du Merlan Scène Nationale.

Que faire pendant les vacances de la Toussaint?

Que faire pendant les vacances de la Toussaint?

du 20 octobre au 4 novembre 2018

Que faire pendant ces vacances ? Comment occuper nos petits et nous distraire sans partir à l'autre bout du monde? Voici les propositions de My Provence Culture, tout en plaisir, tout en émotion.

Les oeuvres inédites de Vasarely Plasticien

Les oeuvres inédites de Vasarely Plasticien

à partir du 6 octobre 2018

Un nouveau parcours de visite et de médiations culturelles permettront aux visiteurs de la Fondation Vasarely, de découvrir l’univers plastique du Maître, depuis ses débuts de graphiste jusqu’à la réalisation de ses intégrations monumentales.

Embarquez dans les bras du Rhône pour la Fête de la Science

Embarquez dans les bras du Rhône pour la Fête de la Science

du 6 au 14 octobre 2018

Le Gyptis fait "escale" sur le parvis du Musée départemental Arles antique les 6 et 7 octobre prochains . À cette occasion, et pour la Fête de la Science, conférence-projection, spectacle et rencontres sont au programme.

Une journée geek à Arles, ça vous dit?

Une journée geek à Arles, ça vous dit?

du 3 octobre au 16 novembre 2018

On laisse ressortir notre côté geek et on va passer une journée à Arles sur Octobre Numérique, un temps fort de rencontres digitales entre artistes, créatifs, entrepreneurs, techniciens, intellectuels et grand public.