Kid Francescoli, amoureux transi

Publié le 23 juin 2017 Mis à jour le 8 janvier 2019

Alors qu’il vient de livrer « Play Me Again », son quatrième album, Kid Francescoli est à l’affiche du festival Marsatac au côté de M Oizo ou Nicolas Jaar. Quelques jours avant de fouler la scène du Parc Chanot, il se confiait, dans son studio rue Paradis, sur sa musique pop, ses amours et ses inspirations. Rencontre avec cet artiste Marseillais qui tire son nom du célèbre joueur de foot.

Peux-tu retracer ton parcours pour ceux qui ne te connaissent pas ?

J’ai sorti mon premier album en tant que Kid Francescoli en 2006. Puis un deuxième en 2010. A l’époque, je n’étais pas encore musicien professionnel. Entre 2010 et 2014, j’ai accompagné Oh Tiger Moutain sur scène et c’est là que j’ai commencé à vivre de ma musique et à me professionnaliser véritablement. En 2014, après un voyage aux Etats-Unis, j’ai sorti «With Julia». Depuis, j’ai participé au projet Husband et j’ai sorti mon quatrième album «**Play Me Again **». On a commencé la tournée en espérant qu’elle soit aussi longue et intense que la précédente.

Comment as-tu rencontré Julia ?

En 2014, je suis parti à New-York pendant deux mois. J’ai eu la chance de donner quatre concerts dans des petites endroits et c’est à la suite d’un de ces concerts que j’ai rencontré Julia. On était exactement dans le même état d’esprit. Elle voulait aussi expérimenter des choses artistiques et faire des rencontres. On a donc commencé – avant toute chose – à faire de la musique ensemble.

Comment a évolué votre relation ?

On est tombé amoureux. Puis on s’est séparé, et on s’est perdu de vue. Il y a bien eu un ou deux ans avant qu’on se reparle. Un jour, on a repris contact en se disant qu’on voulait continuer à faire de la musique ensemble. J’avais déjà accumulé pas mal de choses de mon côté. Je lui ai fait écouter, elle a chanté par-dessus, et ça a fait mouche à chaque fois. C’est comme ça qu’est né «** With Julia** ».

L’amour c’est un sujet d’inspiration sans fin. Plus que l’amour c’est la frustration amoureuse qui engendre la créativité.

Et pour ton nouvel album, « Play Me Again », comment ça s’est passé entre vous ?

C’est un peu la suite de nos aventures à Julia et à moi. Suite à notre tournée, elle s’est installée en France. Et là on s’est dit qu’on voulait continuer à bosser ensemble. La fluidité de nos échanges et notre manière de composer ensemble a fini par grandir. En musique, quand quelque chose se fait naturellement, il ne faut surtout pas le freiner. Il faut aller dans ce sens car c’est rare d’avoir l’inspiration comme on a pu l’avoir sur « Play Me Again ».

De quoi il parle cet album ?

Encore une fois des relations amoureuses. Des doutes qu’elles engendrent. De la joie, de la mélancolie. Du jeu du chat et de la souris. Et puis du regard de Julia sur Marseille.

Le thème amoureux est un de tes thèmes de prédilection. Qu’est-ce que ça représente pour toi l’amour ?

L’amour c’est un sujet d’inspiration sans fin. Plus que l’amour c’est la frustration amoureuse qui engendre la créativité. Quand tu es avec quelqu’un et que tout se passe bien, c’est pas vraiment propice à l’écriture. Mais le fait de se retrouver, de se chercher c’est inspirant. L’amour c’est aussi quelque chose qui te transforme, qui te fait sentir que tu as quelque chose en plus, que tu es un peu différent.

Qu’est ce qui t’a influencé musicalement pour ce nouvel album ?

Musicalement, j’ai été très inspiré par le hip-hop et le RnB notamment sur « Bad Girls », « Pick Me Up » ou « From America », et par les musiques de films. Personnellement, j’écoute le plus de musique possible pour essayer de m’en nourrir.

Kid Francescoli - "Blow Up"

Quels morceaux t’ont particulièrement marqué quand tu as fait l’album ?

Je dirais d’abord « L$D (Love x $ex x Dreams)» d’Asap Rocky, qui est un véritable crossover entre du hip-hop et de la pop planante, assez magique. Et puis « Self Control » de Frank Océan, un morceau en deux partie plutôt magistral. Voir un artiste prendre un risque, ça te donne envie de faire pareil.

Comment fais-tu pour composer ?

Je viens tous les jours au studio et j’essaye d’enregistrer ce que j’appelle des boucles, c’est-à-dire des suites d’accord ou des thèmes – guitare, batterie, sifflet. Puis ça devient, à force de bosser dessus, et presque comme par magie, des chansons. Après c’est pas toujours la même chose, donc j’ai pas vraiment de méthode à proprement parler.

Husbands, ça en est où ?

On réfléchit à la suite. D’abord, on doit mener à bien nos projets solo mais ensuite je pense qu’on ressortira un album ensemble.

Quel regard portes-tu sur Marseille ?

A force de voyager, j’ai appris à vraiment apprécier la ville dans laquelle je vie, et tous les plaisirs qu’elle offre comme le fait de se baigner en fin de journée. Les voyages c’est bien mais le fait de jouer ici c’est encore mieux.

Et au niveau culturel comment trouves-tu qu’elle a évolué ?

Depuis 2013 et la Capitale de la Culture, les choses n’ont pas mal changées. Rien que sur le Vieux-Port, je vois, moi qui habite là-bas, la horde de touriste qui se dirigent tous les jours sous l’ombrière. Après, musicalement, il y a de plus en plus de DJs et plus en plus de choses qui se font. La ville évolue dans le bon sens. Faut arrêter de se comparer à Paris ou à New-York parce qu’on n’est pas ces villes-là. On est autre chose, et ça n’empêche pas qu’on soit très bien ici. On peut pas tout avoir de toute façon.

Comment on fait en tant qu’artiste pop pour se distinguer des artistes hip-hop à Marseille ?

Au début c’était difficile. Mais aujourd’hui, les gens écoutent tellement de styles de musique différents que y a plus de barrières, et donc plus besoin de se distinguer. Etre de Marseille ça nous démarque aussi d’une certaine manière par rapport aux artistes de Paris. Et puis on a réussi à créer une véritable petite scène marseillaise.

Un petit mot sur Marsatac ?

Je suis ravie de faire à nouveau partie de la programmation au côté de Nicolas Jaar ou M Oizo. C’est quand même des artistes extraordinaires et je remercie le festival pour ça.

Tu connais le Parc Chanot ?

Je n’y ai jamais joué et j’ai jamais vu de concerts là-bas mais je suis plutôt curieux. Les scènes sont plus grandes qu’à la Friche donc ça promet des concerts énormes et beaucoup plus de monde !

Quels sont tes projets ?

Je fini la tournée et puis je vais commencer doucement à bosser sur mon prochain album.

Pour plus d'informations: Kidfrancescoli.com

Propos recueillis par Sarah Barbier

Pour aller plus loin

08 octobre au 10 octobre
Fiesta des Suds
Electro

Fiesta des Suds

Marseille

Depuis 1992, la Fiesta des Suds, dans une grande tradition festive, rassemble les publics, les genres, les générations comme nulle part ailleurs. Alternant les têtes d'affiche explosives et les découvertes musicales, les déambulations fiévreuses et l'atmosphère exaltante des villes du Sud en fête, la Fiesta des Suds s'affirme, depuis plus d'un quart de siècle, comme un évènement incontournable à Marseille et sur le territoire, à renommée nationale. Depuis plus de 28 ans, la Fiesta des Suds n'a cessé de grandir et de rayonner, nourrie par l'engouement continu du public... De ses publics devrait-on préciser. En plongeant les arts et les musiques planétaires dans une atmosphère évoquant tout à la fois le carnaval, la feria, la fête de quartier, la nouba orientale ou encore le festival global, cette manifestation hors- norme a façonné un rendez-vous précieux, mêlant dans son improbable décor baroque, les gens, les genres et les générations. Un véritable creuset d'humanité... Du 8 au 10 octobre, à Marseille, sur l'esplanade du J4 face à la mer, la 29e FIESTA DES SUDS vous donne rendez-vous. Découvrez sans attendre le cru 2020 qui vous fera danser les 8, 9, 10 octobre prochains ! L'équipe a hâte de vous accueillir sur une esplanade du J4 réinventée pour l'occasion - dans le respect des mesures sanitaires en vigueur. On se voit la bas ! Avec Woodkid - The Avener - IZÏA - Chinese Man - Arnaud Rebotini - Rocío Márquez - Camion Bazar - David Shaw and The Beat - Scratch Bandits Crew - Chinese Man Records - Baja Frequencia - Chinese Man Records - Youthstar - Chinese Man Records - Miscellaneous - Maraboutage - Matteo - Chinese Man Records - Instrumentarium Project & plus encore

Top des Rooftops et lieux festifs à découvrir à Marseille cet été

Top des Rooftops et lieux festifs à découvrir à Marseille cet été

Besoin de profiter du soleil ? Pas de panique ! Voici une liste de rooftops et lieux festifs à Marseille. Du spot pour prendre un verre en admirant le coucher du soleil à celui où faire la fête toute la nuit, il y en a pour tous les goûts !

Agenda

Festivals en Provence

Festivals en Provence

Cinéma à Gardanne, Jazz à Marseille ou festival de théâtre à Salon-de-Provence : les festivals des Bouches-du-Rhône battent leur plein toute l'année.

Voir le guide Festivals en Provence
Sortir la nuit en Provence

Sortir la nuit en Provence

Où danser et écouter de la musique live en Provence ? Bars branchés, cafés-concerts : bons plans pour sortir dans les Bouches-du-Rhône.

Voir le guide Sortir la nuit en Provence
Concert et Opéra en Provence

Concert et Opéra en Provence

Des opéras de Marseille aux concerts lyriques au Grand Théâtre de Provence, retrouvez la liste des concerts et opéras des Bouches-du-Rhône.

Voir le guide Concert et Opéra en Provence
Tout l'agenda culturel

Autres articles

Marsatac colore l'été en rouge

Marsatac colore l'été en rouge

23 & 24 juin 2017

Cette année, changement : le festival revient en juin, accentué de multiples rendez-vous. Et déroule une programmation digne d'un tapis rouge musical.

Les festivals à faire cet été en Provence

Les festivals à faire cet été en Provence

Qui dit été dit festivals de musique. Et dans le département, on ne peut pas dire que c'est le choix qui manque. Jazz, électro, musique du monde, reggae, classique, hip-hop, ... il y en a pour tous les goûts.

Le Vitrolles SUN Festival, le festival qui donne des couleurs

Le Vitrolles SUN Festival, le festival qui donne des couleurs

30 juin & 1er juillet 2017

Entre le trio infernal des Naïve New Beaters, la référence du reggae français Biga Ranx, l'écossaise Soom T, la déesse jamaïcaine Jah9, la révélation ROCKY et Papet J propulsé par le 149 band, avec le SUN l'été commence fort.

Nocturnes musicales au musée

Nocturnes musicales au musée

L'été marseillais dans les musées de Marseille

Chaque vendredi de l'été, visitez les musées de la ville de Marseille en nocturne et profitez de concerts gratuits avec le Marseille Jazz des Cinq Continents.

2 pass journée pour le prix d'1 à Manifesta 13 Marseille

2 pass journée pour le prix d'1 à Manifesta 13 Marseille

Entre le 29 août et le 9 octobre 2020

La biennale d'art contemporain dévoile son programme à 80% et ouvre une nouvelle billetterie avec une offre d'1 pass journée acheté, 1 offert.

La gazette décalée de Wipplay aux Rencontres d'Arles

La gazette décalée de Wipplay aux Rencontres d'Arles

Le Journal du Arles est arrivé, édition très spéciale !

Le Festival d’Art Lyrique d’Aix-en-Provence lance #LASCÈNENUMÉRIQUE

Le Festival d’Art Lyrique d’Aix-en-Provence lance #LASCÈNENUMÉRIQUE

Du 06 au 15 juillet 2020

L’édition 2020 du Festival d’art Lyrique d’Aix se passe sur #LASCÈNENUMÉRIQUE

    La Belle & Toile de la Friche est de retour

    La Belle & Toile de la Friche est de retour

    Et si on se faisait une toile à la belle étoile ?

    Quoi de mieux de regarder un film à la belle étoile ? Bonne nouvelle le cinéma en plein air de le Friche Belle de mai reprend tous les dimanches de l'été à partir du 5 juillet 2020.

    Les Escales du Cargo et Les SUDS, à ARLES s'associent pour un concert unique "Protest songs"

    Les Escales du Cargo et Les SUDS, à ARLES s'associent pour un concert unique "Protest songs"

    Date unique en France !

    Les chanteuses L, Jeanne Added, Camélia Jordana, et Sandra Nkaké envahissent le Théâtre Antique d'Arles, le mercredi 8 juillet 2020 pour chanter et raconter des histoires de luttes contre l'oppression, la discrimination et la ségrégation.

    Le musée inconnu ou La boîte de Pandore

    Le musée inconnu ou La boîte de Pandore

    Visite d'un cabinet de curiosités

    Le musée Réattu propose en 2020 une nouvelle présentation de ses collections permanentes sous la forme de cabinets de curiosités qui révèlent des pans parfois méconnus de l'histoire d'Arles.

    Arles Eté 2020, les galeries photo font leur festival

    Arles Eté 2020, les galeries photo font leur festival

    Du 26 juin au 5 septembre

    Pour nous consoler de l'absence des Rencontres d'Arles, 60 galeries photographiques s'unissent pour proposer un festival hors normes.

      Ce qui vous attend pour la réouverture du Mucem

      Ce qui vous attend pour la réouverture du Mucem

      Lundi 29 juin !

      Lundi 29 juin 2020, à l'occasion de sa réouverture au public, le Mucem vous donne RDV pour un live exclusif