Ikbal/Arrivées, regard croisé sur l’Algérie contemporaine

du 25 novembre 2017 au 18 février 2018

Publié le 4 décembre 2017 Mis à jour le 9 avril 2019

À travers les objectifs de la jeune garde des photographes algériens, Ikbal/Arrivées offre un regard croisé sur l’Algérie contemporaine. Une exposition d’envergure regroupant quatre cent clichés sélectionnés par le photographe franco-algérien Bruno Boudjelal, invité en 2013 et 2014 au festival Les Rencontres à l’échelle à Marseille. Au final vingt photographes, pour la plupart âgés entre 20 et 30 ans, proposent un témoignage vibrant de la vie du pays et de sa scène photographique, marquée historiquement par l’impact et le quasi monopole du photojournalisme. Une expo entièrement produite en Algérie

Animés par « une envie forte de montrer, de dire et de raconter leur pays », leurs regards capturent tour à tour des fragments de vie intime ou sociale, des instantanés de réel citadin ou rural, visitant les thèmes du chômage, des migrants, de l’exil ou de la religion, dans des versions brutes ou poétiques.

Depuis 2009, chaque édition du festival Les Rencontres à l’échelle propose des expositions photographiques ou vidéo qui alternent regards historiques sur l’histoire coloniale et postcoloniale et regards contemporains sur le présent des liens migratoires. Aprés le Musée d’Art Moderne d’Alger (MAMA) et la Cité Internationale des Arts de Paris, Les Rencontres à l’échelle invitent le public à découvrir depuis cette rive de la Méditerranée ces récits photographiques expérimentaux d’une justesse indispensable.

"En Algérie ça bouge...Cette exposition montre ce qu'est l'émergence d'un mouvement" Bruno Boudjelal

Fethi Sahraoui - Stadiumphilia

Des documents sur soi

La photographie algérienne fut, à sa naissance, indissociable du photojournalisme. Cela n’aura de cesse de se confirmer puisque se popularisant, quand elle commence réellement à avoir de la visibilité dans les années 90, ce sera au bénéfice d’une photo de reportage. L’accès à la technique se généralisant, c’est surtout le monde du journalisme et le secteur commercial (publicité, mode…) qui s’en emparent les premiers car, longtemps dominée par des photographes issus de la presse ou du monde de l’édition, c’est une photographie qui répond au besoin d’informer et de montrer.

Facilitée par l’accès aux nouvelles technologies et le tsunami du numérique, la pratique de la photographie constituera très rapidement autant d’ouvertures inattendues qui permettront à une grande partie de la population de devenir de gros producteurs d’images.

C’est ainsi qu’apparaît un phénomène d’imbrication des genres et des profils tels que réunis dans l’exposition Ikbal/Arrivées : photographes reporters, de presse, artistes plasticiens ou amateurs agissent sur plusieurs registres à la fois et évoluent d’un genre à l’autre sans complexes.

Fethi Sahraoui - Stadiumphilia © N. Ammirati

Youcef Krache - 20 cents © N. Ammirati

On ne peut donc enfermer la photo dans une catégorie précise car, à la fois image et document, elle se «recrée» constamment entre différents usages qui ne correspondent pas forcément à des styles ou des manières particuliers. IKbal/Arrivées propose un échantillon de la scène actuelle de la nouvelle photographie algérienne dans lequel l’on peut constater qu’un grand usage domine : la représentation des hommes, des enfants, des femmes dans leur environnement rural, naturel, citadin, social, urbain....

Dans cet ensemble, la photographie montre une vue plus intime sur l’univers algérien, reflétant le regard de ceux qui l’habitent et le vivent au quotidien. Elle révèle des fragments de vie, des fractions de réel construits par ces nombreux regards portés sur les hommes et les choses, des paysages, des villes qui constituent autant d’images de soi. Elle rompt ainsi avec les images médiatiques et ethnocentriques, les critères et repères esthétiques qui, pour les qualifier, ont souvent fait référence à des spécificités photographiques régionales, historiques ou culturelles. Désormais, la photographie en Algérie se construit par la référence à la diversité de la société et aux trajectoires personnelles de chaque photographe, tout en restant marquée par la question de l’identité.

Nassim Rouchiche - ça va waka © N. Ammirati

© N. Ammirati

Il s’agit d’une représentation qui réfère souvent à la tradition classique du noir et blanc (du studio ou du portrait) telle qu’elle fut pratiquée dès les débuts par les premières générations, et à la couleur sans la sublimer dans des images touristiques classiques du patrimoine culturel et naturel.

Depuis le début des années 2000, la scène culturelle se distingue non seulement par une vitalité dans la production mais aussi par une actualité de l’histoire que partagent l’art et l’information. Ceci est visible dans l’intérêt commun pour le document chez les plasticiens et les photographes. Les photographes se penchent non seulement sur des problématiques de l’actualité mais s’introduisent tout autant dans les espaces du quotidien. C’est une photographie qui répond au désir de se regarder : «[…] les Algériens ont besoin d’avoir un regard sur eux-mêmes » affirmait Abdelkrim Djillali, journaliste. Un véritable enrichissement pour la scène artistique dans nos sociétés où le rapport à l’image reste quelque peu ambigu, l’image de soi restant tributaire des conventions sociales avec les limites que celles-ci supposent.

Ce type de représentation, à la fois document et image, est ce qui fait la caractéristique principale de la photographie en Algérie aujourd’hui. Mode d’expression incontestable, elle a bouleversé le statut de l’image dans notre société et les notions de pouvoir symbolique et idéologique qu’elle induit.

Ahmed Badreddine - Histoire de l'homme à la djallaba © N. Ammirati

Ramzy Bensaadi - Célébrations rurales en Algérie © N. Ammirati

« C’est en 2015 lors d’un atelier photographique effectué à Alger avec des photographes venant de différentes régions d’Algérie, que j’ai été frappé par l’énergie et le dynamisme de tous ces jeunes gens. Ils manifestaient une envie forte de montrer, de dire, de raconter leur pays.

Ce désir, je l’ai aussi rencontré chez nombre d’autres photographes, engagés eux aussi dans une démarche de documenter leur lieu de vie, leur environnement, leur quotidien, leurs questionnements.

Il s’est vite avéré comme une évidence qu’il fallait montrer ce bouillonnement, cette dynamique de la photographie.

Ikbal / Arrivées est une exposition de vingt photographes, femmes et hommes, originaires de différentes régions d’Algérie et continuant d’y vivre. Ils ont majoritairement entre 20 et 30 ans. Les sujets dont ils parlent sont divers et multiples. Ils vont du regard sur le social (les chômeurs, les migrants…), la ville, le monde rural à ceux plus intimes ou poétiques de la prière, de la mémoire à un être cher disparu, voire des esprits (avec la série « Moul El Djellaba »).

Ces jeunes artistes nous parlent, à travers leurs images, d’eux-mêmes et des lieux dans lesquels ils vivent. C’est là un précieux témoignage de la grande vitalité et de la richesse de ce courant photographique qui traverse le pays.

De plus il est essentiel que l’Algérie, comme de nombreux autres pays à travers le continent africain, soit aussi racontée, décrite, photographiée… par les Algériens eux-mêmes. Ces jeunes photographes nous montrent combien ils en ont conscience et nous envoient un message très fort et clair, avec beaucoup de talent ! »

Atef Berredjem - To here from here © N. Ammirati Ou comment faire le tour du monde ? En faisant 64 fois en train Anaba - Alger

Yanis Kafiz - Nuages noirs ! 2017/2015 © N. Ammirati

Photographes

Farouk Abbou, Ahmed Badreddine, Yassine Belahsene, Ramzy Bensaadi, Atef Berredjem, Mehdi Boubekeur, Liasmine Fodil, Yanis Kafiz, Lola Khalfa, Youcef Krache, Sonia Merabet, Abdelhamid Rahiche, Hakim Rezaoui, Nassim Rouchiche, Fethi Sahraoui, Sihem Salhi, Abdo Shanan, Oussama Tabti, Karim Tidafi, Ramzy Zahoual

Commissariat : Bruno Boudjelal

Karim Tidafi - Aperto Libro © N. Ammirati

Infos pratiques

Friche la Belle de Mai
Tour Panorama — 4é étage
41, rue Jobin — 13003 Marseille

mercredi au vendredi de 14h à 19h
samedi & dimanche de 13h à 19h
5€ / 3€

Pour aller plus loin

La Tour - Panorama de la Friche de la Belle de Mai
Lieu culturel

La Tour - Panorama de la Friche de la Belle de Mai

Marseille

L'année 2013 a vu l'inauguration d'un nouvel équipement dédié à la création contemporaine. Le Panorama et plus généralement la réhabilitation de la Friche La Belle de Mai donne un nouvel élan à la place de l'art contemporain sur la ville. Un espace inédit d'art contemporain international et prospectif : le Panorama est un projet labellisé Marseille-Provence Capitale Européenne de la Culture et en activité dès 2013. Son architecture, signée Mathieu Poitevin, entremêle de larges plateaux de diffusion réversibles et modulables qui favorisent la conception de formes d'expositions de grandes amplitudes, à des formats intermédiaires propices aux partenariats et aux invitations. Un nouvel espace où l'accessibilité au toit terrasse est pensé comme une véritable place publique, où le rapport à la ville s'offre aussi comme panorama. Le Panorama est une imposante salle d'exposition, une boite blanche en surplomb de la cour Jobin, ouvrant sur une large terrasse aux proportions de place publique et offrant un point de vue panoramique sur la cité phocéenne ( 475 m2 et de 150 m2 de surface vitrée , avec 9m de hauteur sous plafond). Ses programmes s'appuient sur une politique de résidences d'artistes inscrite dans une dynamique de réseaux locaux, nationaux et internationaux et qui offre une autre permanence artistique aux expositions temporaires. Il se propose d'offrir à plusieurs titres le panorama d'une création contemporaine plurielle.

07 novembre au 30 novembre
Les rencontres à l'échelle
Cinéma - documentaire

Les rencontres à l'échelle

Marseille

Depuis 14 ans, Les Rencontres à l'échelle inscrivent dans le paysage marseillais un rendez-vous vivant et rassembleur dédié aux esthétiques contemporaines internationales.Produit par Les Bancs Publics, le festival essaime son état d'esprit dans plusieurs lieux de la ville. Chacune des éditions se compose à partir d'artistes peu connus en Europe et de personnalités confirmées. La programmation circule librement entre les disciplines et les horizons géographiques pour mieux interroger les nouvelles régles du monde. Pour cette quatorzième année, le festival réunit des créations internationales, une exposition et plusieurs parcours cinéma. Des artistes de renommée internationale déjà accueillis au festival, la metteure en scène égyptienne Laila Soliman et le chorégraphe libanais Ali Chahrour, présenteront leurs dernières créations aux côtés d'artistes précédemment accompagnés en résidences à Marseille, la metteure en scène suisse Adeline Rosenstein et le chorégraphe malien Tidiani N'Diaye. Le plasticien et chorégraphe marcocain Youness Atbane investira l'espace du Mucem pour un diptyque exposition et performance questionnant l'identité de l'artiste dans le marché de l'art. D'autres spectacles, lectures, performances et projections nourrissent cette édition qui s'ouvre à la Friche la Belle de Mai, puis fait escale au Mucem, au Merlan, à la Criée, au Klap, aux cinemas La Baleine, Le Gyptis et au Vidéodrome 2. Espace de rencontres et de réflexion, le festival s'attache à ouvrir un dialogue entre les artistes et les publics. Belles découvertes, belles rencontres !

Agenda

Expositions en Provence

Expositions en Provence

Art, histoire ou sciences naturelles : découvrez toutes les dates des expositions en Provence.

Voir le guide Expositions en Provence
Gratuit

Gratuit

Que faire en Provence pour zéro €uro ? Retrouvez dans cet agenda les meilleurs bons plans pour se cultiver et se divertir gratuitement dans les Bouches-du-Rhône.

Voir le guide Gratuit
Marseille

Marseille

Un film au Prado, une expo à La Friche Belle de Mai ou un concert au Dôme, sans oublier les festivals d'été et marchés d'hiver : tout l'agenda culturel.

Voir le guide Marseille
Tout l'agenda culturel

Autres articles

La Friche la Belle de Mai a 25 ans !

La Friche la Belle de Mai a 25 ans !

Samedi 9 décembre 2017

Une journée de fête est consacrée à cet anniversaire, samedi 9 décembre.
Au programme : inauguration de nos nouveaux espaces, grande rencontre publique, programmation musicale, et marché de Noël.

Menu de Noël

Menu de Noël

proposé par la cheffe Laëtitia Visse

À quelques semaines de Noël, la jeune cheffe Laëtitia Visse nous livre son menu de fête mi-bistro, mi-gastro. Bon appétit !!!

Les Tops de Noël

Les Tops de Noël

Tradition, concert, spectacle, festival, marché de Noël, faites le plein d'idées !

Cette année, on a un grand besoin d'évasion, d'émerveillement. Nous vous avons sélectionné un festival à ne pas rater, un concert de Noël, une crèche à découvrir, des marchés pour acheter ses cadeaux ou des santons, et des soirées empreintes de traditions provençales.

L'Agenda du week-end

L'Agenda du week-end

Du jeudi 21 au dimanche 24 novembre 2019

Idées sorties pour le week-end : Retrouvez chaque mercredi, notre sélection d'événements, nos bons plans et nos coups de cœur.

Les Chants de Noël en Provence

Les Chants de Noël en Provence

du 4 au 23 décembre 2019

Pour cette 27e édition, 68 concerts gratuits d'une qualité exceptionnelle sont programmés et entraîneront le public dans des voyages musicaux autour du Flamenco, des chants corses, d'un Noël cosaque et arménien, du gospel et de concerts exceptionnels comme celui de Natasha St Pier et Vladimir Cosma.

Estampes de grands maîtres du Japon à Aix-en-Provence

Estampes de grands maîtres du Japon à Aix-en-Provence

Du 8 novembre 2019 au 22 mars 2020

Cette année, ne ratez pas l' occasion unique d'admirer des estampes japonaises en France, à l'Hôtel de Caumont, à Aix-en-Provence. Le musée présente les coutumes et la culture japonaise de l’époque Edo, à travers plus de 150 estampes ukiyo-e et autres objets remarquables dévoilés au public français pour la toute première fois.

Le Jazz en Provence

Le Jazz en Provence

À l'occasion de Jazz sur la ville, l'événement musical incontournable de la fin de l'automne, découvrez l'histoire du Jazz en Provence. Le jazz est né il y a 100 ans. Il a rythmé et imprégné la Provence durablement grâce aux structures et festivals qui le font rayonner toute l'année.

Le sublime...Par hasard

Le sublime...Par hasard

Du 18 octobre au 23 février 2020

Les expositions à la Vieille Charité et à la Friche la Belle de Mai déroulent une typologie chronologique du hasard comme processus créatif à travers les plus importants courants et artistes de la seconde moitié du XIXème siècle à nos jours.

Les expositions autour de Giono à Marseille et en Provence

Les expositions autour de Giono à Marseille et en Provence

Du 29 octobre 2019 au 24 mai 2020

Avec une des plus grande rétrospective consacrée à Jean Giono au Mucem, cette année ne néglige pas le fidèle Lucien Jacques qui sera à l’honneur au musée Regards de Provence, en face, ainsi que "sa" Provence. Une année qui mobilise tous les acteurs du cinéma, de la littérature, du spectacle vivant qui ont chacun « leur » Giono.

La Fête de la Science au Musée départemental Arles antique

La Fête de la Science au Musée départemental Arles antique

Du 10 au 13 octobre 2019

Venez découvrir les faces cachées du musée départemental Arles antique, celle de la numérisation 3D, celle des techniques innovantes de conservation-restauration, celle des nouvelles technologies mises au service des chercheurs.

Henri Person, naviguer en couleurs en Méditerranée

Henri Person, naviguer en couleurs en Méditerranée

Du 5 octobre 2019 au 3 mai 2020

Le Musée Regards de Provence met à l’honneur le peintre Henri Person. La Méditerranée fût une source inépuisable d’inspirations pour cet artiste, enthousiasmé par le pointillisme et la quiétude des eaux du port de Saint-Tropez.

Nicolas Pagnol, un territoire ancré dans ses traditions

Nicolas Pagnol, un territoire ancré dans ses traditions

Nicolas Pagnol gère depuis 2004 l’ oeuvre de son grand-père et en assure la restauration et la promotion pour les prochaines générations.