Grand Corps Malade sous le charme de Marseille

Pour changer le regard du public sur le handicap

Publié le 13 août 2018 Mis à jour le 26 juillet 2018

Fabien Marsaud, alias Grand Corps Malade, est un artiste complet. Slameur, poète, auteur, interprète, cinéaste, s’il est actuellement sous les feux de la rampe avec son dernier album “Plan B”, le parrain de l’association “Sourire à la vie” se mobilise pour l’inclusion des personnes en situation de handicap.

Comment doit-on vous qualifier ?
 Slameur ? Auteur ? Poète... ou tout à la fois ?

C’est compliqué de coller une étiquette dans le domaine du slam. C’est une discipline difficile. J’écris des textes pour moi mais aussi pour d’autres interprètes. J’écris des livres, des scénarios... Je suis auteur. Mais ça ne me pose aucun problème d’être qualifié de chanteur quand on fait référence à mon dernier album dans lequel il y a une partie chantée plus importante que dans les autres albums.

Le slam vous permet de jouer avec talent avec les mots et la poésie. D’où vient cette aisance ?

Cette envie d’écrire, cette passion des mots viennent d’abord de la chanson. J’ai eu la chance de grandir dans une famille qui écoutait des chansons françaises à texte. J’ai été bercé par Brel, Barbara, Ferrat. Puis au début des années 90, j’écoutais beaucoup de rap français avec MC Solar, IAM, NTM, Oxmo Puccino et d’autres rappeurs moins connus. Ma passion, mon envie d’écrire viennent de là.

Vos mots sont justes, leur expression appropriée au contexte. Vous est-il arrivé d’être sollicité par des politiques ?

Oui, j’ai été sollicité plusieurs fois mais je n’ai pas eu envie de m’engager. J’ai des idées, je me sens concerné par les problèmes politiques mais je ne maîtrise pas toutes les questions.
Je suis papa de deux jeunes enfants et je reste très préoccupé par l’avenir de mon pays et de la planète.

À l’instar des artistes marseillais qui se revendiquent de leur ville parce qu’ils en sont fiers, ressentez-vous la même chose ?

Bien sûr ! La ville de Saint-Denis m’a nourri, m’a inspiré. D’ailleurs, elle a révélé beaucoup de rappeurs parce que c’est une ville cosmopolite, multiculturelle comme Marseille. 
Elle m’a enrichi intellectuellement.

Vous étiez en concert en mai dernier au Silo, à Marseille,
 où vous êtes très apprécié. Aimez-vous venir dans cette ville ?

Marseille est la ville française où je me rends le plus souvent parce que j’y ai beaucoup d’amis et de famille. Mais aussi parce que je suis sous le charme de cette ville et, je le répète à chaque fois, au public marseillais qui vient m’écouter : Marseille, c’est un grand Saint-Denis au bord de la mer.

“Plan B”, votre dernier album est sorti cette annéée. L’histoire de votre vie ?

Un plan B, c’est un plan à part. J’étais destiné à vivre une carrière de sportif avant mon accident. Alors, c’est en partie vrai. Or, aujourd’hui je vis de ma passion, le slam, la musique. Mais c’est très amusant de se dire qu’on vit un plan B. Ce n’est pas péjoratif, c’est une deuxième chance, un nouveau départ !

On devine une intimité dans certains textes comme dans la chanson “Dimanche soir”. Vous imaginiez le succès populaire de cette chanson ?

Mes chansons ne sont pas diffusées sur les radios généralistes, ni dans les playlists, sauf lorsque je fais la promo de mes albums. C’est vrai que j’ai de très nombreux retours positifs sur cette chanson et c’est vraiment agréable. Elle est très personnelle, j’y parle de moi, du sentiment amoureux qui m’anime et paradoxalement elle touche énormément de gens. Mais je remarque, depuis que j’écris, que les textes les plus personnels deviennent les plus universels.

Vous avez enregistré des duos avec Aznavour, Cabrel, Bohringer... Avec qui souhaiteriez-vous travailler aujourd’hui ?

Personne en particulier. En revanche, je prends beaucoup de plaisir à partager ces moments artistiques avec d’autres interprètes.

“Patients”, votre lm, aborde les premiers moments de votre vie de personne handicapée. Faire rire sur un sujet si délicat, c’était votre intention ?

J’avais juste envie de témoigner sur cet univers en rentrant en plein cœur à l’intérieur, avec ma caméra. Essayer d’être pédagogique. Que tout le monde sache que le milieu du handicap est un milieu très vivant, très drôle, rempli d’autodérision. D’ailleurs je n’ai inventé aucune vanne, elles sont toutes vraies. Et puis Grand Corps Malade, on s’en fout dans ce film. Ce qui est intéressant, c’est de donner
des clés au public pour que son regard change sur l’univers du handicap.

Avez-vous l’intention de revenir au cinéma prochainement ?

Oui, avec Mehdi Idir, avec qui j’ai co-réalisé “Patients”, nous sommes en pleine préparation de notre prochain lm dont le thème sera l’école. Dès cet été, nous allons tourner dans un collège de la banlieue parisienne situé en REP avec élèves, surveillants, familles,... C’est encore une histoire de destins qui se croisent.

Vous avez tourné un clip pour le lancement du Plan HandiProvence 2025, une cause qui vous tient à cœur ?

Je suis moi-même concerné. Je pense que la France est très en retard sur la question du handicap par rapport à l’Allemagne ou les pays scandinaves où la question de l’accessibilité, par exemple, est traitée de façon plus pragmatique. À Paris, où je vis, les trottoirs, le métro, les lieux culturels ne sont pas tous adaptés pour les personnes en fauteuil roulant, c’est insupportable !

Comment rattraper ce retard ?

Tout d’abord, il faudrait commencer par changer le regard des autres. Les gens ne sont pas méchants, ils ressentent de la gêne face à une personne handicapée parce qu’ils ne savent pas quoi faire ou comment l’aborder. Je pense que pour pallier ce problème il faudrait mixer le public valide et les personnes handicapées dès le plus jeune âge. Par exemple, à l’école, pour que les enfants prennent l’habitude d’évoluer tous ensemble. Le grand problème du handicap est que cette société n’est pas encore prête.

Propos recueillis par Karine Michel

Le Pionnier du Slam français

Fabien Marsaud, alias Grand Corps Malade, est né le 31 juillet 1977 au Blanc-Mesnil en Seine-Saint-Denis. En juillet 1997, à la suite d’un accident, il apprend qu’il ne marchera plus jamais. Sa carrière de basketteur est stoppée net.

En 1999, il retrouve l’usage de ses jambes après un an de rééducation. C’est en référence à cette expérience douloureuse qu’il prend le pseudonyme Grand Corps Malade. Il commence à slamer en 2003 dans un bar parisien.

En février 2018, il sort son 7e album, “Plan B”, disque d’or. En 2012, paraît son livre “Patients” qu’il adapte au cinéma en 2017 (nommé quatre fois aux Césars 2018). Il est le parrain de l’association marseillaise Sourire à la vie.

Pour aller plus loin

Top des Rooftops et lieux festifs à découvrir à Marseille cet été

Top des Rooftops et lieux festifs à découvrir à Marseille cet été

Besoin de profiter du soleil ? Pas de panique ! Voici une liste de rooftops et lieux festifs à Marseille. Du spot pour prendre un verre en admirant le coucher du soleil à celui où faire la fête toute la nuit, il y en a pour tous les goûts !

Festivals et concerts gratuits cet été en Provence

Festivals et concerts gratuits cet été en Provence

Vous avez des week-ends surbookés tellement il y a d'événements culturels ? Mais un porte-monnaie pas vraiment extensible...On vous aide à ne pas devoir choisir ! Découvrez notre sélection de festivals et concerts gratuits cet été en Provence!

La provence au cinema
TRADITION & CULTURE

La provence au cinema

Le cinéma dans le sud est une histoire ancienne. Comme pour la peinture, son origine tient à la lumière.Car il est de notoriété publique que la première projection du cinématographe Lumière se fit le 21 septembre 1895 à La Ciotat.

Agenda

Concert - Opéra

Concert - Opéra

Des opéras de Marseille aux concerts lyriques au Grand Théâtre de Provence, retrouvez la liste des concerts et opéras des Bouches-du-Rhône.

Voir le guide Concert - Opéra
Nuit

Nuit

Où danser et écouter de la musique live en Provence ? Bars branchés, cafés-concerts : bons plans pour sortir dans les Bouches-du-Rhône.

Voir le guide Nuit
Marseille

Marseille

Un film au Prado, une expo à La Friche Belle de Mai ou un concert au Dôme, sans oublier les festivals d'été et marchés d'hiver : tout l'agenda culturel.

Voir le guide Marseille
Tout l'agenda culturel

Autres articles

Les interactions de Alejandro Guzzetti

Les interactions de Alejandro Guzzetti

du 10 octobre 2018 au 3 février 2019

Pour le musée Ziem, Alejandro Guzzetti a créé des installations traduisant sa fascination pour la nature. Constituées uniquement de molinie bleue, plante herbacée d’une grande élégance pouvant atteindre plus de 2 m de hauteur, ses œuvres vivront le temps de l’exposition avant de disparaître traduisant ainsi la précarité de toute chose.

Mordre la machine et un amour de collection au [mac]

Mordre la machine et un amour de collection au [mac]

du 26 septembre 2018 au 24 février 2019

L'exposition proposée au [mac] regroupe une vingtaine d’œuvres de l'artiste Julien Previeux, récentes ou réalisées spécifiquement pour l’occasion. C'est une véritable anthologie proposant une lecture spécifique de son travail.

Un autre regard sur l'actualité aux Rencontres à l'échelle

Un autre regard sur l'actualité aux Rencontres à l'échelle

du 7 novembre au 1er décembre 2018

Depuis 13 ans, Les Rencontres à l’échelle inscrivent dans le paysage marseillais un rendez-vous audacieux et rassembleur dédié aux esthétiques contemporaines internationales.

Coup de projecteur sur la Photographie Marseille #8

Coup de projecteur sur la Photographie Marseille #8

du 11 octobre 2018 au 26 janvier 2019

Plus d’une trentaine d’événements photo vous attendent, un véritable parcours dans la ville à la rencontre des photographes d’aujourd’hui, une programmation foisonnante pour ce 8ème festival La Photographie Marseille. Au programme : des expositions, des projections, des rencontres, des conférences…

Des histoires de vie au Théâtre du Merlan

Des histoires de vie au Théâtre du Merlan

Saison 2018 / 2019

Pour cette saison 2018/2019, la danse, le cirque, l’art du mouvement que l’on retrouve aussi dans maintes propositions théâtrales, reste une des missions phares du Merlan Scène Nationale.

Que faire pendant les vacances de la Toussaint?

Que faire pendant les vacances de la Toussaint?

du 20 octobre au 4 novembre 2018

Que faire pendant ces vacances ? Comment occuper nos petits et nous distraire sans partir à l'autre bout du monde? Voici les propositions de My Provence Culture, tout en plaisir, tout en émotion.

Les oeuvres inédites de Vasarely Plasticien

Les oeuvres inédites de Vasarely Plasticien

à partir du 6 octobre 2018

Un nouveau parcours de visite et de médiations culturelles permettront aux visiteurs de la Fondation Vasarely, de découvrir l’univers plastique du Maître, depuis ses débuts de graphiste jusqu’à la réalisation de ses intégrations monumentales.

L'indifférence vue par la Pop Philosophie

L'indifférence vue par la Pop Philosophie

du 12 au 17 octobre 2018

Les inscriptions pour la Semaine de la Pop Philosophie sont ouvertes ! Cette année « L'indifférence » par une sélection des principales institutions et associations qui s’engagent dans le débat d’idées et la promotion de la pensée contemporaine.

La Fiesta des Suds face à la mer

La Fiesta des Suds face à la mer

du 11 au 17 octobre 2018

Têtes d’affiche éclatantes, découvertes incandescentes, divas envoûtantes, artificiers sonores ou artilleurs des dance- floors, la programmation de la Fiesta des Suds 2018 embrase les nuits d’automne en ramenant les musiques actuelles mondiales à bon port.

Embarquez dans les bras du Rhône pour la Fête de la Science

Embarquez dans les bras du Rhône pour la Fête de la Science

du 6 au 14 octobre 2018

Le Gyptis fait "escale" sur le parvis du Musée départemental Arles antique les 6 et 7 octobre prochains . À cette occasion, et pour la Fête de la Science, conférence-projection, spectacle et rencontres sont au programme.

Une journée geek à Arles, ça vous dit?

Une journée geek à Arles, ça vous dit?

du 3 octobre au 16 novembre 2018

On laisse ressortir notre côté geek et on va passer une journée à Arles sur Octobre Numérique, un temps fort de rencontres digitales entre artistes, créatifs, entrepreneurs, techniciens, intellectuels et grand public.

Viva Villa a choisi Marseille

Viva Villa a choisi Marseille

29 septembre au 7 octobre 2018

Le Festival ¡ Viva Villa ! rendez-vous annuel gratuit réunit les artistes résidents de trois grandes institutions de résidences artistiques françaises, d’envergure internationale : l’Académie de France à Rome – Villa Médicis à Rome, la Villa Kujoyama à Kyoto et la Casa de Velázquez à Madrid.