Georges Henri Rivière, voir c'est comprendre un monde en pleine transformation

du 14 novembre 2018 au 4 mars 2019

Publié le 15 novembre 2018 Mis à jour le 15 novembre 2018

Le XXe siècle fut le temps du développement des musées, de leur mise en cause, de leur réinvention et souvent de leur redistribution. Avec ses collections issues du musée du Trocadéro, du musée de l’Homme et du musée des Arts et Traditions populaires, avec les questions contemporaines auxquelles il se confronte, le Mucem peut incarner une part essentielle de cette évolution grâce aux objets et aux idées transmis par un homme, Georges Henri Rivière (1897-1985).

En prenant sa vie comme fil constitutif de cette histoire, l’exposition décline l’ampleur de sa vision d’un monde en pleine trans-formation. Elle dresse d’abord son portrait intime – ses origines, sa formation, son univers artistique et culturel – jusqu’au moment où il va engager, avec tous ceux qu’il entraîne à sa suite, une véritable révolution des musées.

Georges Henri Rivière sur les toits du musée du Trocadéro en démolition, vers 1936. Photographie Henri Lehmann. Mucem, Marseille © Mucem / Henri Lehmann (D.R.)

Son père est un bourgeois et sa mère est d’origine paysanne. Il se destine à la musique et découvre avec son oncle Henri Rivière, l’un des animateurs du cabaret du Chat noir, le monde des collectionneurs et des érudits, le regard d’un artiste, ami de Degas, graveur et photographe remarquable. Sa sœur, Thérèse Rivière, le suivra au Trocadéro, devenant, dès sa première mission dans les Aurès (Algérie) avec Germaine Tillion, une excellente ethno-logue dont la carrière fut brisée par la folie.

Rivière est musicien et curieux de tout ce qu’apportent les Années folles, de l’art moderne au jazz et à la mode, de la photographie et du cinéma au music-hall. Journaliste polémiste, partici-pant aux revues Cahiers d’art et Documents, il s’impose au musée du Trocadéro, après avoir réalisé en 1928 la première exposition sur « Les Arts anciens de l’Amérique ». Infatigable intercesseur et organisateur d’événements chocs, prenant en exemple les musées étrangers, il conçoit le musée de l’Homme autour de ses collections ethnographiques, comme un instrument de partage social et scientifique qui s’ouvre sous le Front populaire à l’occasion de l’Exposition internationale de 1937.

Fernand Léger, Le Cirque Médrano, 1918. Huile sur toile, 58 × 94,5 cm. Paris, Centre Pompidou, Paris – musée national d’art moderne / Centre de création industrielle, Legs de la baronne Eva Gourgaud en 1965 © ADAGP, Paris 2018 ; cliché © RMN-Grand Palais (musée d’Orsay) / Jean-Gilles Berizzi

Francis Picabia, L’Œil cacodylate, 1921. Huile sur toile et collage photographique, cartes postales, papiers divers découpés. 148,6 × 117,4 cm. Centre Pompidou, Paris – musée national d’art moderne / Centre de création industrielle, Achat en hommage du Bœuf sur le toit en 1967 © ADAGP, Paris 2018 © Centre Pompidou, MNAM-CCI, Dist. RMN-Grand Palais / Georges Meguerditchian

Entretien avec Germain Viatte et Marie-Charlotte Calafat, commissaires de l’exposition

En quoi Georges Henri Rivière est-il l’inventeur du musée moderne ?

Très attaché à l’enrichissement des collections, Rivière les envisage en ethnologue, comme un tout résumant une culture, refusant toute hiérarchie mais incluant leur dimension sociale, inventive et esthétique. Il est très soucieux d’offrir aux publics un instrument de connaissance ouvert, comparatif, créatif, contemporain, interdisciplinaire. Il craint « l’effet musée » solennel et distancié, et préfère privilégier une vision narrative et poétique en dialogue avec la sensibilité de chacun. Il accepte la dimension économique de l’institution mais craint les dérives de l’argent : ses mécènes sont des partenaires et des agents de diffusion et de développement du musée.

Qu’est-ce qui, dans sa jeunesse et sa formation, a nourri son regard de muséologue ?

Alors qu’il est déjà âgé, Rivière retrouve dans ses souvenirs d’enfance les contrastes stimulants des milieux qui l’entouraient, rural et naturel du côté maternel, citadin et artistique du côté paternel. Adolescent, il s’accommode de ces contrastes, apprenant à voir et à comprendre, attaché aux savoir-faire artisanaux et artistiques, découvrant leur diversité et la force des expressions populaires. Jeune musicien, c’est aussi un instrumentiste praticien. Il apprend beaucoup de son oncle et de ses amis collectionneurs. Il aime le spectacle sous toutes ses formes et apprend à considérer l’objet comme partenaire et élément constitutif essentiel du récit patrimonial. Il est « moderne » auprès des artistes d’avant-garde.

André Masson, Portrait de Georges Henri Rivière, 1930. Pastel sur toile, 65 × 50 cm. Centre Pompidou, Paris – musée national d’art moderne / Centre de création industrielle, Donation Louise et Michel Leiris. Masson © ADAGP, Paris 2018 ; cliché © Centre Pompidou, MNAM-CCI, Dist. RMN-Grand Palais / Bertrand Prévost

Georges Seurat, Étude pour Un dimanche après-midi à l’île de la Grande Jatte, 1884. Huile sur bois, 15,5 × 25 cm. musée d’Orsay, Paris, don de Georges Henri et de Thérèse Rivière en 1948 © RMN-Grand Palais (musée d’Orsay) / Hervé Lewandowski

Tout en étant proche des avant-gardes de son temps, peut-on dire qu’il est l’inventeur de la notion d’« art populaire » ?

Georges Henri Rivière est certainement le plus grand défenseur des arts populaires. Il s’attache à décloisonner les arts et les musées pour leur donner une place. Il affirme que ces objets communs traduisent un savoir du peuple. Au-delà d’une simple curiosité ou de leur valeur esthétique, ils sont les signes matériels du vivant, de savoir-faire, de coutumes et de croyances… Ces objets fascinent, intriguent, témoignent avec richesse et humanité d’où l’on vient et qui on est. Georges Henri Rivière est proche des avant-gardes de son temps (Eluard, Aragon, Picasso, Masson…). On a souvent oublié qu’au cours du XXe siècle, les arts populaires, au même titre que les arts dits « primitifs », ont aussi inspiré les artistes modernes. Il faut, dans son sillon, faire preuve d’ouverture d’esprit en mettant de côté les oppositions obsolètes entre tradition et modernité. Dans les expositions qu’il réalise, il traite avec autant de considération une esquisse de L’Homme au mouton de Pablo Picasso et un cadran solaire de berger.

Quelle était la particularité du musée national des Arts et Traditions populaires, qu’il crée en 1937, et dont les collections ont depuis rejoint les fonds du Mucem ?

La première particularité du MnATP est sa longue gestation : 35 ans. Né en 1937 pendant le Front populaire, sa création témoigne d’un contexte politique favorable à la notion d’« art populaire ». Sur le plan culturel, une vive attention est alors portée à l’éducation et aux loisirs de tous. Le musée est d’abord hébergé provisoirement dans une aile du palais de Chaillot en attendant un lieu propre. Mais le provisoire s’éternise… La Seconde Guerre mondiale va retarder l’ouverture du musée qui sera effective seulement en 1972 ! Pendant toutes ces années, Georges Henri Rivière lutte pour continuer à promouvoir son musée. Il propose des expositions temporaires dans lesquelles il expérimente des pratiques muséographiques et les galeries du MnATP en seront les ultimes témoignages. La seconde singularité est le bâtiment lui-même, œuvre commune de l’architecte Jean Dubuisson et du muséographe Rivière. Autre spécificité : le MnATP est pensé comme un musée de synthèse qui associe un réseau de musées en régions, musées de société et écomusées.

Dans un buron d’Aubrac vers 1910. Reconstitution de l’unité écologique de la section « Un établissement humain, l’Aubrac » de la galerie culturelle du musée des Arts et Traditions popu-laires. Paris, 1975, Matériaux divers. Son et lumière : 5 min 34. Mucem © RMN-Grand Palais (Mucem) / Christian Jean

Joséphine Baker et Georges Henri Rivière devant une vitrine de l’exposition sur la mission Dakar-Djibouti au musée d’Ethnographie du Trocadéro, 1933. Photographie Boris Lipnitzki. Mucem, Marseille © Boris Lipnitzki / Roger-Viollet ; cliché © Mucem

Il est aussi l’initiateur de la pratique des « enquêtes-collectes », perpétuée aujourd’hui par les équipes scientifiques du Mucem…

Georges Henri Rivière a théorisé la notion de « musée laboratoire » et défini une méthodologie d’enquête sur le terrain. Dès son entrée en musée, sous la direction de Paul Rivet au musée d’Ethnographie du Trocadéro, Rivière programme des enquêtes, trouve des financements et valorise ces recherches dans des expositions qui font date. De la mission Dakar-Djibouti (1931-1933) à l’enquête pluridisciplinaire de l’Aubrac (1963-1966) en passant par les Chantiers intellectuels (1941-1946), Rivière a le souci de la méthode. Lui et son équipe s’intéressent aux gens, les écoutent, les photographient et collectent avec soin leurs témoignages. Le terrain de l’ethnologue est social, politique et historique. Rivière l’a bien démontré en mai 1968, lorsqu’il est allé chercher les affiches produites dans les ateliers des Beaux-Arts. Il a non seulement su collecter le patrimoine rural en cours de disparition mais a aussi compris les mutations de la société de son temps. Le Mucem a hérité de ces collectes mais aussi de ce modèle unique d’acquisition sur le terrain. L’équipe scientifique du Mucem le poursuit.

Georges Henri Rivière lisant la revue Museum, publiée par l’ICOM, 1975. Photographie J. Guillot © Mucem / J. Guillot (D.R.)

Comment s’organise l’exposition ? En quoi sa scénographie s’inspire-t-elle des enseignements de Georges Henri Rivière ?

L’exposition s’organise, ce qui est rare, peut-être même unique, autour de l’aventure humaine d’un être qui va incarner les musées en refusant tout enfermement disciplinaire. Elle s’organise en modules, comme autant de facettes illustrant sa famille, ses curiosités, ses contacts, ses collègues, ses réalisations, son humour et son rayonnement. Au travers de ces facettes très documentées et des exemples donnés, on découvre la diversité des recherches entreprises et la mise en place progressive d’une méthode développée en expositions spécialisées qui constitueront le musée national des Arts et Traditions populaires. Plusieurs de ces entrées sont des reconstitutions exactes de celles qui y furent établies par Rivière. Une évocation qui voudrait se dérouler tel un spectacle très dense, inattendu et festif. À revoir !

Héritier du musée des ATP et du musée de l’Homme, peut-on dire que le Mucem, inauguré à Marseille en 2013, perpétue l’esprit et la vision de Georges Henri Rivière ?

Les collections du MnATP et le fonds Europe du musée de l’Homme ont été transférés au Mucem au sein du Centre de conservation et de ressources. Lieu vivant et accessible, il perpétue l’ambition de Rivière de s’adresser à tous. La force et la richesse de cet ensemble sont un vivier, et une manne sur laquelle les équipes du musée s’appuient. Les collections alimentent une programmation très diversifiée, capable d’éclairer le présent à la lumière des questions et réalisations du passé. Dans son esprit, un musée vivant est aussi un musée qui poursuit des acquisitions et des collectes soulevant des faits contemporains qu’il est utile d’étudier et de valoriser. Georges Henri Rivière nous l’a bien enseigné.

Pourquoi un tel titre ?

Il peut sembler énigmatique, ce qui est l’un des ressorts de la communication. Le nom du héros de cette exposition, après avoir été célébré, est aujourd’hui presque inconnu. Georges Henri Rivière a consacré près de cinquante ans au phénomène des musées, en France comme à l’étranger. Il a fortement contribué à l’expansion de leurs collections et à leur transformation comme lieu d’éveil, d’interrogation et de révélation. Pour lui, le donner à voir est essentiel, quel que soit l’objet du regard, sans l’enfermer dans une spécialisation ni dans une hiérarchie de valeurs.

« Voir, c’est comprendre » : ce sont là les premiers mots d’un poème de Paul Eluard. Ce qui est donné à voir au Mucem et dans l’exposition, l’essentiel des immenses collections du musée des Arts et Traditions populaires, a résulté de ses choix personnels et de ceux de ses collaborateurs directs. Il ne s’agit pas d’accumuler des objets mais de réaliser, au moment où ils disparaissent, qu’ils peuvent constituer une chaîne de compréhension de la complexité d’un monde vivant, passé et présent, d’un monde en constante évolution. Pour Rivière, apprendre à voir est l’un des fondements essentiels de l’intelligence du monde.

Affiche pour l’exposition « Bronzes et ivoires royaux du Bénin » du musée d’Eth-nographie du Trocadéro, 1932. Jacques-André Boiffard (photographe), Lou Tchimoukow (graphiste). Sérigraphie, 60 × 40 cm. Muséum national d’histoire naturelle, Paris. Cliché © Muséum national d’histoire naturelle, Paris

Programmation artistique et culturelle

« À l’époque du Bœuf sur le toit ! »—Du 14 au 16 décembre 2018

En écho à l’exposition consacrée à Georges Henri Rivière, le Mucem propose trois journées autour d’une période particulièrement riche pour les arts et les sciences humaines, les années 1920 et 1930 : jazz, arts du cirque, avant-gardes artistique et littéraire, c’est toute l’effervescence culturelle de l’époque qui rejaillit au Mucem à travers concerts et ciné-concerts, moments d’échange et lectures. Comme au temps du Bœuf sur le toit, le fameux cabaret parisien fréquenté par le jeune Georges Henri Rivière, où l’on pouvait rencontrer Cocteau, Breton, Aragon, Picasso, Matisse…

Vendredi 14 décembre
La Nuit vernie nous invite à découvrir l’exposition en nocturne avec, en parallèle, un live d’Étienne Jaumet qui revisite les standards de jazz à sa façon électro.

Samedi 15 décembre
Table ronde, lecture, musique.
Une table ronde explore les croisements artistiques qui s’opèrent dans les années 1920 et 1930, Georges Henri Rivière ayant été proche de personnalités telles que Jean Cocteau, Henri Langlois ou Joséphine Baker. Ce moment de discussion est suivi d’une lecture de textes puisés dans ce qui aurait pu être la « biblio-thèque idéale » de Georges Henri Rivière, d’Aragon à Eluard en passant par Paul Valéry. La soirée se termine en musique avec des œuvres des grands compositeurs de cette époque, de Darius Milhaud à Igor Stravinsky.

Hors-Piste de Karwan – Du Mucem au musée de Camargue
Un « parcours Georges Henri Rivière » est proposé au public : une visite guidée de l’exposition Georges Henri Rivière au Mucem par ses deux commissaires d’exposition, suivie de la visite du musée de Camargue (musée co-réalisé par Georges Henri Rivière et Jean-Claude Duclos) qui fête ses 40 ans avec un Noël gardian.
Une journée immergée dans l’univers de Georges Henri Rivière, mise en récit par Anne Corté (performeuse) et Marion Rampal (chanteuse), produite par Karwan avec l’aide du FNADT, en par-tenariat avec le Mucem et le musée de Camargue.
Parcours payant (10h-19h : visites, transport et déjeuner en Camargue), infos et inscriptions au : 04 96 15 76 30, places limitées.

Dimanche 16 décembre
Atelier en famille, visite, ciné-concert
La journée se savoure en famille avec un atelier sur les arts du cirque, une visite autour de l’art de collectionner et un ciné-concert créé à partir de films d’animation réalisés il y a presque cent ans par le Russe Ladislas Starewitch, dans lesquels tous les acteurs sont des marionnettes !

Infos pratiques

Infos pratiques

Mucem 7 promenade Robert Laffont (esplanade du J4) 13002 Marseille

Réservations et renseignements : 04 84 35 13 13 de 9h à 18h 7j/7j reservation@mucem.org/mucem.org
Tarifs : Expositions permanentes et temporaires 9,5€ / 5€ (valable pour la journée) Famille 14€
Horaires d’ouverture : Ouvert tous les jours de 11h à 18h sauf le mardi

Découvrir

Pour aller plus loin

À l'époque du Boeuf sur le toit

À l'époque du Boeuf sur le toit

Nuit vernie, table ronde, lecture, atelier, visite et ciné-concert
En écho à l'exposition consacrée à Georges Henri Rivière, le Mucem propose trois journées autour d'une période particulièrement riche pour les arts et les sciences humaines, les années 1920 et 1930 : jazz, arts du cirque, avant-gardes artistique et littéraire, c'est toute l'effervescence culturelle de l'époque qui rejaillit au Mucem à travers concerts et ciné-concerts, moments d'échange et lectures. Comme au temps du Boeuf sur le toit, le fameux cabaret parisien fréquenté par le jeune Georges Henri Rivière, où l'on pouvait rencontrer Cocteau, Breton, Aragon, Picasso, Matisse...

Vendredi 14 décembre, la Nuit vernie nous invite à découvrir l'exposition en nocturne avec, en parallèle, un live d'Étienne Jaumet qui revisite les standards de jazz à sa façon électro.

Samedi 15 décembre, une table-ronde explore les croisements artistiques qui s'opèrent dans les années 1920 et 1930, Georges Henri Rivière ayant été proche de personnalités telles que Jean Cocteau, Henri Langlois ou Joséphine Baker.

Ce moment de discussion est suivi d'une lecture de textes puisés dans ce qui aurait pu être la "bibliothèque idéale" de Georges Henri Rivière, d'Aragon à Éluard en passant par Paul Valéry. La soirée se termine en musique avec des oeuvres des grands compositeurs de cette époque, de Darius Milhaud à Igor Stravinsky.

Dimanche 16 décembre, la journée se savoure en famille avec un atelier sur les arts du cirque, une visite autour de l'art de collectionner et un ciné-concert créé à partir de films d'animation réalisés il y a presque cent ans par le Russe Ladislas Starewitch, dans lesquels tous les acteurs sont des marionnettes !

Tous les détails de la programmation sur le site http://www.mucem.org

Le MuCEM, un musée des civilisations pour le XXIe siècle

Le MuCEM, un musée des civilisations pour le XXIe siècle

Flottant entre le ciel et l’eau, à l’entrée du Vieux-Port de Marseille, un musée national ouvre ses portes. Avec le Fort Saint-Jean relié par une passerelle au bâtiment contemporain créé par Rudy Ricciotti sur le môle J4, le Mucem est, par sa situation même, un grand projet pour la Méditerranée.

Les vacances de Noël en famille au Mucem

Les vacances de Noël en famille au Mucem

Magic week
Un vent de magie souffle au Mucem pendant les vacances de Noël. Illusionnistes, magiciens et autres "ombromanes" viennent réenchanter le musée à travers des spectacles et des ateliers pour toute la famille. Ce temps fort imaginé avec la complicité de Raphaël Navarro (artiste invité de la BIAC 2018) est aussi l'occasion de découvrir une partie de la riche collection du Mucem consacrée à la magie, exposée au forum du J4 (tous les jours de 14h30 à 18h, sauf le mardi).
En partenariat avec la BIAC.

L'école des magiciens, Sébastien Mossière

Spectacle, à partir de 4 ans
Bienvenue à l'école de la magie ! Vous êtes les élèves de Sébastien, professeur très étourdi et un peu farfelu : un magicien très fort, mais complètement loufoque. Il va vous apprendre vos premiers tours de magie et vous l'aiderez à réaliser des tours incroyables... Oui mais voilà, lors d'une expérience qui se passe mal, Sébastien perd la mémoire : résultat, il a tout oublié, y compris qu'il est lui-même magicien ! Vous allez devoir l'aider à se souvenir, pour que la magie continue, et que Sébastien puisse se présenter au concours du plus grand magicien du monde... Comment va-t-il s'en sortir ?
Samedi 29, dimanche 30 et lundi 31 décembre à 15h, auditorium, 8 EUR / 6 EUR / 4 EUR

Magie d'ombres... et autres tours, Philippe Beau

Spectacle, à partir de 7 ans
Quatre séquences d'ombres et de magie, entrecoupées d'extraits de films, redessinent et incarnent les débuts du cinéma, et la fascination de nombre de réalisateurs pour cet art de l'illusion.
Dans les séquences d'ombres, Philippe Beau actualise un art ancien pour l'ancrer dans la réalité d'aujourd'hui : les personnages et les animaux apparaissent et se suivent dans un processus de "morphing", les visages émergent grâce aux doigts d'argile de l'artiste... Dans ce spectacle où les ombres manifestent leur fantastique capacité à emporter l'imaginaire du spectateur, sont convoqués les cinéastes qui, de Bresson à Welles et de Méliès à Woody Allen, ont intégré la magie dans leurs oeuvres.
Mercredi 2 et jeudi 3 janvier à 15h, auditorium, 8 EUR / 6 EUR / 4 EUR

Quand volaient les oiseaux dans le ventre de l'ours, Théâtre du signe

Spectacle, à partir de 6 ans
À travers le regard de l'ours trouvé par Nino, le spectateur découvre l'histoire de Lili, petite fille en quête d'une oasis, comme il en existait dans son pays avant "la crise"... Dans ce spectacle où le réel et la magie se télescopent, est évoquée la situation des migrants qui arrivent sur les côtes européennes par la mer, en quête d'une terre d'accueil.
Vendredi 4, samedi 5 et dimanche 6 janvier à 15h, auditorium, 8 EUR / 6 EUR / 4 EUR

Initiation à la magie, Collectif Micro Focus

Close-up, de 4 à 12 ans
À l'issue de chaque spectacle, des ateliers d'initiation à la magie sont proposés aux enfants, pour apprendre d'incroyables tours et les réaliser devant les parents !
Après chaque spectacle, de 16h à 18h (durée : 30 min.), forum, enfants 4 EUR (gratuit pour les accompagnants)
#La magie dans les collections du Mucem
Petite exposition
Profitez des vacances en famille pour découvrir la vitrine installée dans le forum du musée, où sont exposés, le temps des vacances, des objets des collections du Mucem dédiés à la magie.
Du mercredi au lundi de 14h30 à 18h, forum, accès libre

L'île aux trésors :

Espace jeune public au rez-de-chaussée du Mucem.
Equipés d'un journal de bord (une tablette tactile) et accompagnés d'un fidèle (et virtuel) conseiller, les petits aventuriers et leurs grands accompagnateurs partent à la découverte de l'exposition "Connectivités" de la Galerie de la Méditerranée !
Gratuit pour les enfants, inclus dans le billet expositions de l'adulte accompagnant.
Tous les détails de la programmation sur le site http://www.mucem.org

Agenda

Expositions

Expositions

Art, histoire ou sciences naturelles : découvrez toutes les dates des expositions en Provence.

Voir le guide Expositions
MUSÉES

MUSÉES

Voir
Marseille le Panier sur les pas des Marseillaises

Marseille le Panier sur les pas des Marseillaises

Plus ancien quartier de Marseille, le Panier n’a rien perdu de son charme. Bien au contraire, le coin est en plein renouveau depuis l’arrivée du MuCEM et la rénovation de la Joliette, sans parler des monuments historiques qui côtoient à présent les ateliers d’artistes planqués dans les ruelles étroites.

Voir
Tout l'agenda culturel

Autres articles

Jean-Pierre Moulères, albums de famille sur la Canebière #8

Jean-Pierre Moulères, albums de famille sur la Canebière #8

Série Photographe

Jean-Pierre Moulères est l’initiateur du projet “En descendant La Canebière” qui a permis de collecter 800 photos auprès des Marseillais constituant un fonds photographique inédit qui raconte les petites et la grande histoires de la Canebière entre les années 30 et 60.

Patrick Bosso, sans accent mais avec talent

Patrick Bosso, sans accent mais avec talent

du 20 au 22 décembre au Théâtre du Gymnase

Acteur, comédien, humoriste, Patrick Bosso jongle avec ses multiples casquettes depuis plus de 20 ans. Marseillais de naissance et fier de l’être, il a fait de ses origines une inépuisable source d’inspiration dont il se sert, encore aujourd’hui, pour alimenter son dernier spectacle “Sans accent”. Rencontre avec ce Marseillais dont la popularité a dépassé les frontières de la Provence.

Le Marius et Fanny de Vladimir Cosma

Le Marius et Fanny de Vladimir Cosma

Les 20 & 21 décembre 2018

À l’affiche des fêtes de fin d’année, un événement unique : l'Opéra Jazz d’après « Marius et Fanny » l’oeuvre de Marcel Pagnol de Vladimir Cosma. Un big Band de 20 musiciens, un groupe vocal très swing, des solistes prestigieux et un comédien chanteur, tous rassemblés sous la baguette d’un fabuleux compositeur…la promesse d'un grand spectacle musical !

Drôles de Noëls féériques à Arles

Drôles de Noëls féériques à Arles

du 21 au 24 décembre 2018

Quatre jours de festival et un rendez-vous familial, original et populaire unique où la magie et l'humour se mélangent harmonieusement pour offrir aux visiteurs des moments festifs avant le grand soir du réveillon. Plus de 90 rendez-vous gratuits avec 19 compagnies professionnelles.

L'Art et la manière des grands maîtres du XVIIIe

L'Art et la manière des grands maîtres du XVIIIe

du 23 novembre 2018 au 24 février 2019

L’Art et la Manière, dessins français du XVIIIe siècle est une présentation inédite organisée par le musée des Beaux-Arts de la Ville de Marseille, de plus de 150 dessins des grands maîtres du XVIIIe siècle français, conservés dans ses collections et celles du musée Grobet-Labadié.

L'armée de Rome, la puissance et la gloire

L'armée de Rome, la puissance et la gloire

du 15 décembre 2018 au 22 avril 2019

L'expansion de Rome n'aurait jamais pu être aussi forte, sur un temps aussi long et sur un territoire aussi vaste sans la puissance et le professionnalisme de son armée. L'exposition du Musée départemental Arles antique présente l'organisation, la technicité et la puissance de l'un des piliers fondamentaux de la civilisation romaine.

Laterna Magica s'éparpille aux quatre coins de Marseille

Laterna Magica s'éparpille aux quatre coins de Marseille

du 7 au 16 décembre 2018

Une vingtaine de lieux complices accueillent expositions, projections, spectacles, rencontres et ateliers. Ouvrez l'oeil, de la Plaine à Sormiou, de Belsunce à Aix-en-Provence, il se passe tout un tas de choses, petites ou grandes !

Le TOP des Tops

Le TOP des Tops

DÉCEMBRE 2018

Découvrez chaque mois notre sélection de petits concerts, de pièces de théâtre, de fêtes traditionnelles, de spectacles de danse ou pour enfants et de petites expos à ne pas rater. Nos coups de coeur, nos incontournables, nos pépites et des idées de soirées originales.

Top des petites Expos

Top des petites Expos

DÉCEMBRE 2018

Découvrez en avril notre sélection de petites expos à ne pas rater. Nos coups de cœur, nos incontournables, nos pépites, de petites surfaces ou des lieux insolites.

Top des spectacles de Danse

Top des spectacles de Danse

DÉCEMBRE 2018

Découvrez chaque mois notre sélection de spectacles de danse à ne pas rater. Nos coups de coeur, nos incontournables et des idées de soirées originales.

Top des pièces de Théâtre

Top des pièces de Théâtre

DÉCEMBRE 2018

Découvrez chaque mois notre sélection de pièces de théâtre, de spectacles dans des lieux insolites à ne pas rater. Nos coups de coeur, nos incontournables et des idées de soirées originales.

Top des Réveillons du Jour de l'An

Top des Réveillons du Jour de l'An

Où fêter la Saint-Sylvestre en Provence ?

Envie de danser, d'écouter de la bonne musique, de rire et s'amuser ? Parce qu'entre amis c'est mieux, on vous a sélectionnée des événements et les meilleures soirées à ne pas rater pour vous éclater le soir du réveillon du nouvel an. Etes vous prêt(e) à dire adieu à 2018 et "bienvenue 2019"