L’histoire du café dans le monde avec Café In au MuCEM

Jusqu'au 23 janvier 2017

Publié le 23 décembre 2016

Le Mucem présente l’exposition Café in. Plus de trois cents œuvres d’art, photographies, objets, gravures, dessins, ouvrages rares, correspondances, archives audiovisuelles et textes inédits illustreront sur plus de 1 000m2 l’histoire du café dans le monde.

L’imaginaire contemporain du café est tout entier enraciné, organisé autour du bien-être individuel et collectif des hommes. Les vertus de cette boisson, d’abord médicinale, puis dégustative et conviviale, l’ont finalement emporté sur toutes formes de procès, en particulier religieux. En quelques siècles, le café est certes devenu une gigantesque économie, mais il s’est surtout imposé comme un rituel anthropologique au sens le plus étymologique du terme.

Puisque Léon-Paul Fargue affirme que « Le café est sans doute l’institution la plus solide de France », comment expliquer que son objet soit si méconnu, son histoire si négligée, ses vertus si peu célébrées ? Il y a là un mystère que l’exposition Café in tente de lever, mais aussi la surprise de découvrir au sein de ladite « institution » un matériau scientifique, anthropologique, esthétique et économique que bien peu de rubiacées peuvent révéler.

Cinq séquences permettront de restituer l’univers du café :
Une légende de l’humanité
Une histoire de cités
Une question de qualité
Une logique de marché
Une affaire de convivialité

Grand Café turc de la canebière à Marseille

Pendant la durée de l’exposition, le public sera invité à découvrir « Café off », une programmation de nombreux événements culturels au Mucem et dans la ville : l’« université populaire du café » au musée et dans 12 lieux et cafés marseillais, un café chantant, une grande installation photographique sur le quai du Port et dans les cafés partenaires, des créations culinaires « Café & gourmandises » chez des commerçants de Marseille Centre et chez des restaurateurs de Tables 13, une exposition au palais de la Bourse (CCIMP), des activités pour les enfants et en famille au Mucem.

À l’occasion de l’exposition Café in, 5 livres, réunis en un coffret coédité avec Actes Sud, déclineront les principaux aspects du café.

De la baie à la tasse, c’est l’histoire, la géographie, l’économie, l’environnement, la consommation, la publicité et l’esthétique du café qui se mêlent et s’emmêlent dans un vaste et même univers. Il s’agit in fine de transformer le visiteur / consommateur de café en spectateur éclairé d’une histoire qu’il soupçonnait peu et dont il vient de comprendre qu’elle lui est familière.

Cafédrale - Cuba

Entretien avec le commissaire général de l’exposition, Jean-Michel Djian

Une exposition sur le café ? La proposition est assez inattendue ! Pourquoi avoir choisi d’aborder ce thème au Mucem ?


Lorsqu’on fait une exposition sur un grand artiste, comme Picasso par exemple, le public sait à peu près à quoi s’attendre. En revanche, pour le café, la situation est tout autre : ce n’est pas un objet artistique, mais patrimonial, dégustatif, médicinal. Une grande exposition sur le café n’avait encore jamais été faite en France. Ce sera donc une première : d’où vient le café ? Pourquoi en boit-on ? Nous tentons d’apporter des réponses en convoquant artistes, écrivains, scientifiques, fabricants... Notre ambition est un peu de provoquer le visiteur qui entre dans l’exposition en croyant y voir quelque chose de banal (il n’y a rien de plus banal que le café, n’est-ce pas ?). En réalité il doit en ressortir stupéfait, avec l’idée que finalement, personne ne sait ce qu’est vraiment cette petite graine cultivée au XIIIe siècle en Éthiopie, là même où l’homme est né ! De plus, faire cette exposition au Mucem est légitime, car Marseille est la ville qui a accueilli au XVIIIe siècle la première « maison de café » en France, en face de la Bourse : sous une tente un « homme-verseur » débitait du café dans des tasses... Marseille, faut-il le rappeler, était alors un grand port de café où confluaient les importations, bien avant que Le Havre ou Bordeaux ne prennent le relais

Que montrez-vous dans cette exposition ? Comment s’organise-t-elle ?


Elle se déploie en 5 séquences, avec l’idée que pour comprendre le café, il faut commencer par en aborder les mythes et les croyances. Cette « légende de l’humanité » débute en Éthiopie et en « Arabie heureuse », où ont été découvertes les premières traces de consommation de café. Dans la première séquence, nous illustrons le culte éthiopien des « Zar » et révélons les vertus divinatoires de cette boisson : saviez-vous d’ailleurs que Victor Hugo a réalisé des peintures à partir de marc de café ? Nous montrons aussi les grands hommes de l’histoire qui, de Bach à Bonaparte, étaient tous « addicts ». Parmi eux, énormément d’écrivains ont nourri leur œuvre de caféine : Balzac buvait 50 tasses par jour.

L’exposition fait intervenir nombre d’artistes...


Kentridge, Alechinsky, Arman, Daumier, Sempé... Nous avons voulu montrer la variété des supports que le café peut inspirer. Tous les domaines de l’art sont concernés, la photographie en particulier (Cartier-Bresson, Salgado, Brassaï, Reza...). Nous nous sommes aussi adressés à de grands écrivains d’aujourd’hui, à qui nous avons commandé des textes autour de leur passion pour le café : Bernardo Carvalho, Douglas Kennedy, Yves Simon, Zoé Valdès... À ma grande joie, ils ont tous accepté, et on se rend compte dans leurs écrits qu’ils sont absolument dingues de café !

Dans l’exposition, ces textes sont placés en miroir à 12 « portraits de villes »...


Oui, c’est une idée originale du scénographe Jacques Sbriglio qui introduit cette deuxième séquence qui nous mène d’Aden à New York en passant par Marseille, Le Caire, Paris, Venise, Cuba... Douze villes qui fabriquent leur imaginaire à partir du café, transportées au Mucem à travers textes, photographies, peintures, gravures et objets. Le café a ceci de particulier qu’il est la seule boisson à déployer un imaginaire commun avec l’établisse- ment qui lui sert de comptoir. Voilà l’ambiguïté du café : il est tout à la fois lieu et boisson. C’est sans équivalent.

Il s’agit aussi de s’intéresser aux aspects scientifiques et économiques du breuvage...


Comment fabrique-t-on le café ? Dans la troisième séquence de l’exposition, on apprend notamment que pour « accoucher » du café à partir de sa graine, il faut neuf mois, comme l’homme ! La séquence suivante s’organise autour d’une mappemonde géante conçue comme un mur vidéo, pour comprendre, avec chiffres et statistiques, les enjeux économiques du café ; 120 millions de personnes en vivent tout de même sur la planète ! Nous illustrons également cette force de frappe publicitaire qui accompagne l’industrie du café : la collection d’affiches de la Fondation Malongo est à cet égard une mine d’informations sur la manière dont on perçoit le café au siècle dernier.

Le café est aussi un espace de sociabilité et de convivialité. Comment est-ce mis en scène dans l’exposition ?


Ce fut le plus difficile et c’est l’objet de la dernière séquence, où nous recréons un célèbre café des années 1930, L’Ami Butte. Il s’agit de restituer toute la complexité de cette pratique sociale, beaucoup plus subtile qu’on ne le croit : en effet, si Sartre allait au Flore pour se faire voir, Verlaine se rendait au Procope pour se sentir seul... Le café fait partie de la vie. Il est à l’image même de la vie. C’est l’idée force de l’exposition.

As in the Sink II - Arman pour la manufacture Raynaud, Limoges 1991

Informations Pratiques

Horaires
Du 26 octobre au 23 janvier

Tarifs
Expositions permanentes et temporaires
Billet MuCEM tarif plein 9,5 € / tarif réduit 5 €
Billet famille 14 € (valable pour 5 enfants maximum accompagnés de 2 adultes) : les adultes non accompagnés d'enfants mineurs ne pourront pas accéder aux salles avec ce billet.

Réservation
Musée des Civilisations d'Europe et Méditerranée MuCEM
04 84 35 13 00
www.mucem.org/

Pour aller plus loin

Musée des Civilisations d'Europe et Méditerranée Mucem
Lieu culturel

Musée des Civilisations d'Europe et Méditerranée Mucem

Marseille

Trois sites, trois ambiances pour des propositions riches et surprenantes à découvrir sur 40 000 m2 : le Mucem est un vrai musée du XXIe siècle, capable de séduire un vaste public avec une large palette d'activités. Les uns pourront voyager grâce aux expositions, les autres profiter d'une lecture, d'un concert, d'un débat, d'une projection... ou plus simplement d'une promenade en plein air dans les jardins méditerranéens du fort Saint-Jean. Le J4 : 15 000 m2. Le nouveau musée, bâti sur l'ancien môle portuaire J4 par l'architecte Rudy Ricciotti, constituera le coeur palpitant du Mucem. Au rez-de-chaussée, une exposition de référence pour un parcours permanent sera dédiée à la présentation des étapes majeures de l'histoire des civilisations méditerranéennes. Au second étage, deux grandes expositions par an seront consacrées aux sociétés, aux villes, aux lieux ou aux hommes qui font la Méditerranée. Le fort Saint-Jean : 15 000 m2. Les salles voutées abritées dans les entrailles de pierre du fort Saint-Jean, monument historique du XIIe siècle, proposeront des galeries d'exposition sur les thèmes de la fête et des spectacles. Expositions permanentes: La Galerie de la Méditerranée fait peau neuve : à partir de fin novembre 2017, sa deuxième section accueille une nouvelle exposition semi-permanente. " Connectivités " raconte une histoire des grandes cités portuaires de la Méditerranée des XVIe et XVIIe siècles : Istanbul, Alger, Venise, Gênes, Séville et Lisbonne sont alors les points stratégiques de pouvoir et d'échanges dans une Méditerranée qui voit naître la modernité entre grands empires et globalisation. Le Mucem conserve un patrimoine unique, regroupant une diversité d'objets originale dans le monde des musées : tableaux, estampes ou sculptures côtoient mobilier, outillage, véhicules, bijoux, décors de boutique, vêtements de fête ou traditionnels... Le Centre de conservation et de ressources : 10 000 m2. Plus haut dans la ville, à proximité de la gare Saint-Charles, dans le quartier de la Belle de Mai, un troisième site accueillera le Centre de conservation et de ressources (CCR), conçu par l'architecte Corinne Vezzoni. Lieu de conservation des collections, le CCR sera un lieu innovant et lui aussi largement ouvert au public.

Top 10 des meilleurs cafés en Provence

Top 10 des meilleurs cafés en Provence

Découvrez notre sélection de cafés incontournables à Aix-en-Provence, Marseille et Arles. Populaires ou cosy, traditionnelles ou tendances, testez ces adresses et prenez du plaisir en dégustant un bon café.

Autres articles

Après Babel, traduire ou savoir-faire avec les différences

Après Babel, traduire ou savoir-faire avec les différences

jusqu'au lun 20 mar 2017 - Nuit Vernie le 10 février

Le Mucem présente du 14 décembre 2016 au 20 mars 2017 l’exposition Après Babel, traduire.
« Babel » : en hébreu, cela veut dire « Confusion ». Babel, la diver- sité des langues, est-ce une malédiction ou une chance ? Réponse : une chance, à condition de traduire.

Les interactions de Alejandro Guzzetti

Les interactions de Alejandro Guzzetti

du 10 octobre 2018 au 3 février 2019

Pour le musée Ziem, Alejandro Guzzetti a créé des installations traduisant sa fascination pour la nature. Constituées uniquement de molinie bleue, plante herbacée d’une grande élégance pouvant atteindre plus de 2 m de hauteur, ses œuvres vivront le temps de l’exposition avant de disparaître traduisant ainsi la précarité de toute chose.

Mordre la machine et un amour de collection au [mac]

Mordre la machine et un amour de collection au [mac]

du 26 septembre 2018 au 24 février 2019

L'exposition proposée au [mac] regroupe une vingtaine d’œuvres de l'artiste Julien Previeux, récentes ou réalisées spécifiquement pour l’occasion. C'est une véritable anthologie proposant une lecture spécifique de son travail.

Un autre regard sur l'actualité aux Rencontres à l'échelle

Un autre regard sur l'actualité aux Rencontres à l'échelle

du 7 novembre au 1er décembre 2018

Depuis 13 ans, Les Rencontres à l’échelle inscrivent dans le paysage marseillais un rendez-vous audacieux et rassembleur dédié aux esthétiques contemporaines internationales.

Coup de projecteur sur la Photographie Marseille #8

Coup de projecteur sur la Photographie Marseille #8

du 11 octobre 2018 au 26 janvier 2019

Plus d’une trentaine d’événements photo vous attendent, un véritable parcours dans la ville à la rencontre des photographes d’aujourd’hui, une programmation foisonnante pour ce 8ème festival La Photographie Marseille. Au programme : des expositions, des projections, des rencontres, des conférences…

Des histoires de vie au Théâtre du Merlan

Des histoires de vie au Théâtre du Merlan

Saison 2018 / 2019

Pour cette saison 2018/2019, la danse, le cirque, l’art du mouvement que l’on retrouve aussi dans maintes propositions théâtrales, reste une des missions phares du Merlan Scène Nationale.

Que faire pendant les vacances de la Toussaint?

Que faire pendant les vacances de la Toussaint?

du 20 octobre au 4 novembre 2018

Que faire pendant ces vacances ? Comment occuper nos petits et nous distraire sans partir à l'autre bout du monde? Voici les propositions de My Provence Culture, tout en plaisir, tout en émotion.

Les oeuvres inédites de Vasarely Plasticien

Les oeuvres inédites de Vasarely Plasticien

à partir du 6 octobre 2018

Un nouveau parcours de visite et de médiations culturelles permettront aux visiteurs de la Fondation Vasarely, de découvrir l’univers plastique du Maître, depuis ses débuts de graphiste jusqu’à la réalisation de ses intégrations monumentales.

L'indifférence vue par la Pop Philosophie

L'indifférence vue par la Pop Philosophie

du 12 au 17 octobre 2018

Les inscriptions pour la Semaine de la Pop Philosophie sont ouvertes ! Cette année « L'indifférence » par une sélection des principales institutions et associations qui s’engagent dans le débat d’idées et la promotion de la pensée contemporaine.

La Fiesta des Suds face à la mer

La Fiesta des Suds face à la mer

du 11 au 17 octobre 2018

Têtes d’affiche éclatantes, découvertes incandescentes, divas envoûtantes, artificiers sonores ou artilleurs des dance- floors, la programmation de la Fiesta des Suds 2018 embrase les nuits d’automne en ramenant les musiques actuelles mondiales à bon port.

Embarquez dans les bras du Rhône pour la Fête de la Science

Embarquez dans les bras du Rhône pour la Fête de la Science

du 6 au 14 octobre 2018

Le Gyptis fait "escale" sur le parvis du Musée départemental Arles antique les 6 et 7 octobre prochains . À cette occasion, et pour la Fête de la Science, conférence-projection, spectacle et rencontres sont au programme.

Une journée geek à Arles, ça vous dit?

Une journée geek à Arles, ça vous dit?

du 3 octobre au 16 novembre 2018

On laisse ressortir notre côté geek et on va passer une journée à Arles sur Octobre Numérique, un temps fort de rencontres digitales entre artistes, créatifs, entrepreneurs, techniciens, intellectuels et grand public.