Brousses et fromages de chèvres

La spécialité fromagère des Bouches-du-Rhône

Publié le 4 janvier 2019 Mis à jour le 23 janvier 2019

Les chèvres Alpines sont très présentes, et donnent un lait abondant. On trouve plusieurs fromageries artisanales dans les Bouches-du-Rhône, qui produisent des fromages frais, demi-secs et secs. Les plus inventifs farcissent les fromages de chèvre frais de tapenade, ou de figues et noix, ou les enrobent d’herbes de Provence. La meilleure recette reste d’arroser généreusement un fromage frais d’une huile d’olive nouvelle bien verte…

Chevrier en Provence

Les chèvres du Rove

Vous avez dit rustique ?

La plus rustique des chèvres, la plus adaptée à nos reliefs et à notre climat, celle qui caracole sur les cailloux, se perche sur les rochers de la colline, et se nourrit d’argelas piquant, de chêne Kermès, de genêts et de romarin, c’est la race des chèvres du Rove.
Au nord de Marseille, après le quartier de l’Estaque, on arrive au Rove, petite commune dont les collines arides sont connues pour les chèvres qui y gambadent. Contrairement à une chèvre alpine classique, une chèvre dite « du Rove », (car c’est une race), se nourrit de plantes de garrigue, ce qui donne à son lait un goût puissant. La maigre production laitière est largement compensée par une concentration exceptionnelle des parfums engendrés par l’alimentation.

La fromagerie Chiari

la chèvrerie du Mas Doutreleau

Sans thermomètre !

Dans la fromagerie, en bas dans le village, on transforme le lait en brousses, traditionnellement égouttées en cônes transparents. Dans le lait bouilli, on verse une larme de vinaigre blanc et le lait caille. Le tour de main, qui sait à l’œil ou à la texture reconnaître une température parfaite, permet d’obtenir un grain très fin. Le lait met 35 à 40 mn à se transformer, puis il est versé dans les cônes transparents. Le taux de graisses est de 45 %, grâce à la richesse et la concentration du lait de chèvres du Rove, et il est impossible de garder les brousses plus de 4 à 5 jours. C’’est un produit exceptionnel, difficile à distribuer et conserver. La production est en pause entre novembre et février, pour laisser les chèvres allaiter leurs petits nés pendant l’hiver.
Les anciens dégustent souvent la brousse en dessert, avec un peu de rhum ou du miel. Mais elle est également très appréciée salée, avec une bonne huile d’olive et de la fleur de sel, ou dans des pâtes avec des pignons.

Découvrir les producteurs de fromages de chèvre

Découvrir les producteurs de fromages de chèvre

Le fromage de chèvre, souvent appelé en toute simplicité “le chèvre”, qu’il soit servi chaud avec une salade ou qu’il trône sur le plateau de fromages, sucré ou salé, est incontournable. La Provence, avec son climat sec et ensoleillé, convient parfaitement à l’élevage caprin, ça tombe bien ! Dans les Bouches-du-Rhône, plus particulièrement dans le secteur Crau-Alpilles, ce sont une soixantaine d’éleveurs qui produisent ces savoureux fromages. Le meilleur moyen pour se procurer des fromages de qualité est de s’adresser aux producteurs sur les marchés ou directement sur leur exploitation.

Découvrir

L’heure des brousses

Au début du siècle, la marchande de brousses signalait sa présence dans les rues de l’Estaque en criant « Leï brousso dou Rouvé !», en s’accompagnant d’une petite trompette. La marchande ambulante avait l'habitude de vendre ses fromages le soir, son passage était devenu synonyme d'heure tardive, c'est ainsi qu'est née l’expression marseillaise "à l'heure des brousses", c’est à dire : tard !

Enfin l’AOC Brousse du Rove !

Après 11 ans de combat et d’attente, la véritable Brousse du Rove est enfin reconnue. L’AOC (Appellation d’Origine Contrôlée) a été votée à l’INAO en 2018. Pour tous les chevriers de Provence aux côtés d’André Gouiran (dernier berger du Rove) qui ont choisi de perpétuer cette tradition, c’est une grande victoire. Hormis l’obligation d’avoir un troupeau exclusif de chèvres de race « du Rove », la dizaine de producteurs concernés s’engagent également sur six heures minimum de pastoralisme par jour et aucun OGM dans l’alimentation de complément.

Journaliste culinaire sur les ondes et sur papier, Anne Garabédian défend la gastronomie de sa région. Dans « La Cuisine d’Anne » sur France Bleu Provence ou dans l’Hôtellerie-Restauration et Gault & Millau, c’est le lien intime tissé avec chaque chef de Provence qui rend les portraits plus touchants. Sa passion pour les produits d’ici et ceux qui les font est une mission dévorante qu’elle partage avec appétit depuis de nombreuses années.
Anne Garabédian

Anne Garabédian France Bleu

Autres articles

Green food à Marseille : nos adresses vegan et végétarienne

Green food à Marseille : nos adresses vegan et végétarienne

2019, sera green ou ne sera pas !

Et si « manger bon et sain » devenez notre bonne résolution à tous ! Découvrez ci-dessous nos lieux pour manger bien, bon, local et sans viande.

MPG 2019

MPG 2019

Une année de la gastronomie en Provence

MPG2019 est un événement inédit qui se déploiera sur l’ensemble du territoire des Bouches-du-Rhône pour célébrer l’art populaire de la gastronomie de mars à décembre 2019.

Dans la cuisine de Mireille : les pieds paquets

Dans la cuisine de Mireille : les pieds paquets

Les pieds paquets n'auront plus de secret !

Aujourd’hui on va dans la cuisine de Mireille, qui va partager avec nous sa recette familiale de pieds paquets !

La figue

La figue

Francis, au pied de son arbre, vivait heureux

La figue de Provence invite à la damnation quand elle est cueillie mûre à point sur l’arbre, on peut aussi en parsemer un plateau et la laisser sécher 3 jours au soleil pour en manger tout l’hiver. Juste frais, ouvert et posé sur la pâte à tarte, en confiture bien sûr, ce fruit en mode sucré est un délice.

Le coing

Le coing

Petites histoires sur un fruit bonne pâte

Il est jaune comme un soleil et chaleureux comme un feu de cheminée en hiver… Le coing n’est pas très beau mais a su se faire aimer des Provençaux.

La tomate

La tomate

En sauce ou en salade, pour rougir de plaisir

Ne pas avoir le bac n’empêche pas de réussir sa vie. Et c’est pareil pour la tomate qui a raté son arrivée en Occident mais est devenue, après bien des péripéties, la star des menus Provençaux. Au plus elle est charnue, joufflue voire fessue, au plus elle a la cote.

L’amande

L’amande

A la (re)conquête de la Provence

Peut-on résister à l’amande ? On les déguste fraîches ou séchées, entières, grillées, effilées, pilées voire en crème ou en lait !

La courge

La courge

Le nouvel eldorado des gastronomes

Elle avait disparu des étals et puis, peut-être un effet collatéral de l’importation de la fête d’Halloween en France ? -, la courge a fait son grand retour sur nos marchés depuis une bonne dizaine d’années. Derrière ce nom générique, se cachent les cucurbitacées : potiron, citrouille, giraumon, coloquinte, calebasse...

Les fruits confits de Provence

Les fruits confits de Provence

Un péché gourmand

Depuis toujours, la Provence est reconnue pour ses fruits confits. Au début du 16ème siècle, notre région est alors assez pauvre. Pourtant les fruits y poussent en abondance, mais de grandes quantités se perdent chaque année. Nostradamus a alors l’idée de les conserver dans le sucre…

L'ail

L'ail

Tout commence par une gousse écrasée

L’ail est inévitable dans la cuisine provençale. Comme le thym ou l’huile d’olive, c’est plutôt un préambule à chaque recette. Dans la marmite, un filet d’huile, un oignon et une gousse d’ail écrasée.

Pompe, gibassié ou fougasse de Provence

Pompe, gibassié ou fougasse de Provence

Tout savoir et acheter les pains plats et brioches de Provence

En Provence, le pain, comme beaucoup d’autres choses, n’est pas comme ailleurs (comprendre dans le Nord). Ici on mange la Fougasse, le gibassié ou la pompe. Souvent à Noël mais parfois toute l’année, à la fleur d’oranger ou à l’anis, au dessert ou à l’apéro… Top de nos meilleures adresses.

Nos adresses pour manger au coin de la cheminée

Nos adresses pour manger au coin de la cheminée

Ambiance chaleureuse autour du feu

Quand l’hiver frissonne, nous rêvons tous d’une soirée au coin de la cheminée. Et, quoi de plus réconfortant que la chaleur d’un feu de cheminée associée à un bon repas accompagné d’un verre de vin ?